Académie Von Einzbern

Un forum d'écriture rpg concentré en bonne humeur.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quel Choc! Penser à Kazuki...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yuuki Ashiya

avatar

Nombre de messages : 40
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Sam 27 Fév 2010 - 15:18

Un sac en bandoulière pendant contre sa jambe droite, l’air un peu à l’ouest, Yuuki Ashiya avançait presque à reculons dans les couloirs du lycée. Deux jours plus tôt, il avait reçu du conseil des élèves une mission particulière, qui le rendait nerveux. D’habitude, s’occuper des relations « humaine » était son truc, mais voilà cette fois-ci il devait contacter et convaincre le président du club de photographie de prêter au Conseil des photos de l’académie pour les journées portes ouvertes. Bien entendu, en temps que représentant envoyé, il pouvait proposer que les auteurs des images bénéficie d’une bonne représentation, etc.

Mais ce qui le mettait d’humeur pensive était le lien de parenté qu’il entretenait avec Kazuki K.
[en attendant que le nom de famille soit fixé mdr], ou plutôt du lien que possédait son frère avec ce président de club. Pour sa part, Yuuki ne connaissait nullement sn senpai, sauf de vue, il avait soigneusement évité de lui adresser la parole. Non parce qu’il lui semblait antipathique, ou bien parce qu’il ne l’aimait pas. Au contraire, Kazuki ressemblait à ces gars qu’on arrivait vite à apprécier, puis à considérer comme un ami. Et le jeune Ashiya ne voulait pas de ce genre de relation avec le mec que son frère adorait.

Gardant sa nervosité à l’intérieur de lui-même, Yuuki paraissait calme et serein, lorsque son propre président l’avait envoyé en mission délicate. Il n’était pas du genre à parler de ce qui le gênait, alors personne n’avait rien soupçonné au conseil. Mais à présent, le jeune homme regrettait de n’avoir pas confié cette tache à quelqu’un d’autre.
Au moins, il avait rencontré pas mal de camarades sur le chemin, cela lui permettait de ralentir pour prendre le temps de discuter. Peut être que la journée passerait ainsi, sans qu’il ait l’occasion de croiser sa cible. C’était repousser les choses au lendemain, une fuite futile, mais Yuuki ne pouvait s’empêcher de l’espérer. Encore dans ses sinistres pensées, hésitant sur l’attitude qu’il devrait adopter, le jeune homme ne pu stopper la collision. Traverser trop vite une bifurcation n’était pas conseillé, et cela mena le jeune homme au « boum ».


"Désolé, je ne faisais pas attention." S’excusa t’il précipitamment en plaçant une main en prière, signe qu’il demandait le pardon. "J’espère que tu n’as rien". Ajouta-t-il avec un sourire amical.

L’accident s’était passé vite, et le jeune Ashiya ne pu observer qu’ensuite l’autre victime, après avoir frotté son bras gauche, devenu un peu douloureux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Kazehaya
_______________________
_______________________
avatar

Nombre de messages : 220
Age du personnage : 27 ans
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Dim 28 Fév 2010 - 15:23

Quel temps parfait pour se reposer sur les toits ! Du moins c’est ce que Kazuki pensait, et il profita immédiatement de son temps libre pour rattraper ses heures de sommeil perdues. Une petite sieste n’allait pas faire de mal non ? De toute façon son devoir de mathématiques pouvait bien attendre, il n’aurait qu’à le faire, quoi ? A la dernière minute tiens ! Cela paraissait tout à fait raisonnable. Au pire Eva était là pour le sauver … Tant d’excuses pour ne rien faire ! Cela se retournait pourtant toujours contre lui et s’achevait par des nuits blanches, chose qu’il avait faite la veille … Son repos était donc bien mérité ! Malheureusement tout ne se passait pas comme il l’avait voulu. En effet, les toits semblaient devenir de plus en plus populaires, surtout pour les couples … Ne voulant pas assister à leurs moments d’intimité, Kazuki s’enfuit tel un voleur, en essayant d’être aussi discret que possible.
La fatigue le reprit cependant très vite une fois la porte menant aux toits fermée. Aussi, ce fut lentement et en trainant le pas que le jeune homme descendit un à un les marches d'escalier, les mains dans les poches de son pantalon. Faire un petit tour aux locaux du club semblait être une bonne idée, après tout il devait penser à mettre un peu d’ordre dans la chambre noire, qu’il était pratiquement le seul à utiliser. En effet, les membres se faisaient rares, à croire que les temps étaient durs ! D’un autre côté, les locaux étaient devenus comme une deuxième maison pour lui, il aurait même été tenté d’installer un lit douillet dans la salle mais c’était au risque de se faire prendre par Louise et de se faire tirer les oreilles … Rien qu’y penser lui donnait des sueurs froides.
Aussi c’est en baillant qu’il se traina dans les couloirs, avec l’espoir d’un jour atteindre le club et enfin être en paix. Les yeux à moitié fermés et une main devant la bouche, Kazuki arriva à un croisement. Son aveuglement partiel l’empêcha de s’arrêter à temps, menant le jeune homme dans une collision avec un autre élève.


« Non non excuse-moi, j’ai ma part de responsabilité après tout …AH ! » finit-il par s’exclamer en reconnaissant son interlocuteur.

Kazuki reconnut instantanément son cousin, qui affichait un sourire aux lèvres, chose surprenante puisqu’il ne l’avait jamais vu lui sourire ou même lui parler. Emu comme tout, il ne put s’empêcher de divaguer. Son état de fatigue y était d’ailleurs pour quelque chose …


« Je dois rêver … Yuuki … M’a souri … Ouaaah … » marmonna-t-il en se frottant les yeux.

Ce premier contact lui fit l’effet d’une décharge électrique. Sa réaction face aux frères Ashiya différait selon qu’il avait à faire à « l’ainé » ou au « cadet ». Le comportement enfantin de Jun l’obligeait à adopter un rôle de grand frère, aussi ce n’était habituellement pas lui qui faisait le premier pas. Pour ce qui était de Yuuki, c’était le contraire. Ne se connaissant pas très bien, voire pas du tout, ils n’avaient jamais communiqué. On aurait même dit que l’un évitait l’autre. De plus, de par son physique et son comportement ‘normal’, Yuuki dégageait une image plus mature que celle de son aîné, donnant envie à Kazuki de le taquiner. Passant son bras autour du cou de son cousin, Kazuki en profita pour, comme qui dirait, lui 'passer un savon' en frottant son poing contre son crâne.


« Fais plus attention quand tu circules haha ! » s’exclama-t-il, heureux comme tout, oubliant presque que lui aussi y était pour quelque chose dans l’accident.

N’ayant plus toute sa tête, il avait fini par se comporter assez familièrement avec un cousin à qui il venait tout juste d’adresser la parole. Un Kazuki fatigué faisait décidément des ravages !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuki Ashiya

avatar

Nombre de messages : 40
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Jeu 4 Mar 2010 - 13:55

[Hello à toi!!! Merci de m'avoir répondu;) Pfiuou …Quel début de semaine éreintant ! Et un cours de japonais plutôt chaud voir « totemo muzukashi ». J’ai un peu la tête dans le coaltar alors j’espère que ma réponse sera bonne Very Happy ]

Si seulement il avait observé un peu mieux l’autre victime de l’accident, alors peut être que Yuuki se serait sauvé à reculons avant que toute conversation ne soit engagée. Mais à cet instant précis, la rencontre lui semblait être un mauvais coup du destin, qui le punissait de sa lâcheté.

*C’est un cauchemar…* se dit il, dépité de n’avoir pu se préparer mentalement.

"Tant qu’on a rien tous les deux c’est le principal", commenta t’il en faisant un effort pour conserver le même sourire

Il était terriblement nerveux, mais fidèle à son habitude il ne laissait rien paraitre sur son visage, si ce n’est un teint un peu plus blanc que nature. Une petite voix lui disait de profiter des premières secondes de stupeur pour s’enfuir, il pourrait toujours remettre son entretient avec Kazuki à plus tard. Après tout, le conseil des élèves était pas mal occupé ces temps-ci, et son affaire de photos pouvait bien attendre…


*Je suis trop bête…* réalisa t’il en énumérant toutes les excuses possibles et imaginables. * Après tout, ce mec est un humain, peut importe s’il s’agit d’un cousin…Nous sommes justes deux étrangers qui fréquente la même école.*

Il se décidait donc de lui répondre le plus naturellement possible lorsque le senpai divagua sur son sourire. Ce ne pouvait être que des divagations pour toute la familiarité, et surtout l’impression qu’il donnait de se soucier du comportement de Yuuki envers lui.

"Euh…est-ce que je t’ai cogné la tête par hasard ?" demanda le jeune homme, sincèrement inquiet.

Et si jamais le choc de leur rencontre, en parlant de l’accident bien sûr, avait endommagé le cerveau de Kazuki, cela aurait été le pompon ! Soucieux, le jeune homme se demandait s’il n’était pas préférable de mener le blessé à l’infirmerie. Le porter ne lui aurait pas posé de problèmes, seul le cas où le senpai deviendrait violent le retenait. Après tout, Kazuki faisait partie de la même famille que lui, et donc il devait manier les arts du karate… Ces rapides pensées fusaient dans sa tête, si bien qu’il se laissait attraper sans réagir dans un premier temps. Trop ébahi par ce comportement, il sentit un poing lui frotter la tête avec l’expression qu’il était véritablement en train de rêver.

"Senpaï !" se plaignit il, incapable de prononcer un autre mot, tandis que ses joues rougissaient à vue d’œil.

Yuuki n’était pas quelqu’un que l’on pouvait appeler « timide », pourtant quand on en venait à des sujets personnels il devenait sensible, et qui y avait-il de plus personnel que la famille ? En même temps que l’embarras, une étrange chaleur semblait l’irradié à l’intérieur de sa poitrine. Le découvrir et le comprendre fut une surprise pour le jeune homme.

*Pourquoi est-ce que je suis heureux que Kazuki me manifeste autant d’attention… * se dit-il avec exaspération, bien qu’il en comprenait déjà la raison.

Il existait un sujet en particulier que Yuuki évitait d’aborder, en particulier avec lui-même. Son frère aîné, Jun, en était la cause et l’acteur principal. Tout le monde semblait aimer un gars de dix-sept ans qui ressemblait à un élève de primaire, en particulier leurs parents. C’était une drôle de sensation de connaitre son frère plus par les commentaires d’autres personnes, que par sa propre expérience. Contrairement à Jun, lui était plus ordinaire, même s’il évitait de se dire clairement invisible, c’était parfois l’impression qu’il avait. Sa rencontre avec Kazuki lui menait encore une fois à penser aux nombreuses différences qui séparaient les deux Ashiya, et pas seulement à la vingtaine de centimètres entre eux. Réfléchir sur ses sentiments pour son frère, voilà ce que le jeune homme voulait absolument éviter. Ce pourquoi, il devait traiter son senpai comme il le ferait avec tout le monde, puisque ce cousin était si proche de l’objet de sa hantise…

" Kazehaya-senpai, j’aurais une requête pour le conseil des élèves, cela concerne le club de photographie." dit-il avec un sourire poli, mais en se dégageant doucement de l’étreinte familière.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Kazehaya
_______________________
_______________________
avatar

Nombre de messages : 220
Age du personnage : 27 ans
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Lun 15 Mar 2010 - 20:15

[Désolé pour l’attente, avec la reprise des cours je n’ai qu’une envie : DORMIR ! Razz J'espère que je n'ai pas avancer trop vite ...]

Complètement dans les vapes, Kazuki avait bien du mal à se remettre de sa collision avec son cousin. Pourtant, il n’avait subi aucune blessure, ni même reçu un coup à la tête. Peut-être était-ce la fatigue combinée au sourire de son cher cousin qui le faisaient divaguer, sauf qu’il n’était pas du tout conscient de la puissance du deuxième facteur... Essayant de reprendre ses esprits, le président du club de photographie tenta de rassurer Yuuki.

« Non non non ! Tout va trèèèèès bien haha! » affirma-t-il, affichant un grand sourire bêta.

Sur le coup, on aurait presque dit un personnage de dessins animés criant victoire, dont les mains étaient placées au niveau des hanches. Le mal ne semblait pas être passé … Aussi c’est ce qui poussa Kazuki à aller encore plus loin dans la familiarité en taquinant son cousin. Le supplice qu’il lui infligeait l’amusait beaucoup. Il avait l’impression d’avoir enfin réussi à s’approcher du cousin dont il rêvait. Bref, monsieur planait complètement malgré les plaintes de sa victime. C’est alors qu’il ne sentit plus rien sous son poing et entre ses bras. Les propos du membre du conseil des élèves le tirèrent très vite de son petit rêve, lui offrant un instant de lucidité. Une main plaquée sur ses paupières, pouce et index exerçant une légère pression sur celles-ci comme pour se maintenir éveillé, la tête baissée, Kazuki se rendit compte que son état de fatigue était critique. Comment avait-il pu se comporter ainsi ? Il avait sûrement du terroriser son pauvre cousin (simple exagération tout droit venu de l’esprit du jeune homme !).


« Oh … Je vois … Mmh … » dit-il en train se frottant les yeux un moment, « Et de quoi s’agit-il ? »

La réalité était bien dure. Se rapprocher de quelqu’un en quelques minutes était donc chose impossible ? Avant même d’avoir pu agir, Kazuki avait déjà senti comme un mur qui le séparait de Yuuki et cela était valable aussi pour Jun. Avoir ce dernier à ses côtés lui donnait l’impression d’avoir un frère. Certes un peu petit mais c’était suffisant pour le transporter de joie, même s’il ne le montrait pas. Après la disparition de son frère ainé, les liens fraternels étaient devenus plus importants que tout autre chose. Aussi être confronté à la tension qui régnait entre ses deux cousins le mettait dans une situation difficile. Réfléchir aux problèmes de la famille nécessitait beaucoup d’énergie. Il ne fallut donc pas longtemps à Kazuki pour succomber une nouvelle fois à la fatigue.
S’approchant de son cousin, il n’eut pas beaucoup de mal à lui faire faire volte-face en s’emparant doucement de ses épaules. Passant à nouveau son bras autour du cou de Yuuki, cette fois-ci il se contenta de s’appuyer sur lui, juste au cas où l’envie lui prendrait de dormir au beau milieu des couloirs du lycée.


« Mmh … Yuuk- … Ashi- … Enfin bref, dans tous les cas, direction le club ! Let’s go-ooooh … » dit-il en finissant par bailler.

Alors qu’il reprit sa route en emmenant son cousin avec lui, sûrement contre sa volonté, Kazuki continuait de réfléchir à comment appeler Yuuki. Le fameux « Kazehaya-senpai » lui avait fait l’effet d’un seau d’eau gelée déversé au dessus de sa tête, un peu comme dans ces émissions comiques où une mauvaise réponse au quizz était punie d’une douche froide …
Les deux cousins avaient sans doute une drôle d’allure. Trop fatigué pour se soucier du regard des autres, Kazuki ne se rendait pas compte qu’ils formaient un ‘couple’ plutôt louche (pauvre Yuuki … XD). Arrivés devant les locaux du club de photographie, après que Kazuki ait quitté son appui et après quelques minutes passées à essayer de déverrouiller la porte, on put enfin apercevoir l’intérieur des locaux et surtout, sa magnifique ‘décoration’. En effet, Kazuki n’avait pas fait beaucoup d’efforts pour faire le ménage et s’était approprié l’espace, les autres membres ne lui rendant pas beaucoup visite. Aussi, des clichés étaient scotchés ici et là aux murs. On y reconnaissait Eva, Jun ou encore Henry le tombeur. Les tables devenues bleues car recouvertes de photos du ciel étaient assez représentatives du fouillis qu’on pouvait retrouver un peu partout dans la salle... Le président laissa d’ailleurs échapper un « Waouh … », impressionné par sa propre oeuvre. Planté devant l’entrée, Kazuki se retourna en une fraction de seconde.


« Pitié ne dis rien à Louise-san … ! » dit-il en joignant ses mains verticalement devant son visage à la japonaise, presque implorant.

Il fallait bien avouer que la vice-présidente pouvait être terrifiante. Si jamais elle venait à apprendre ce qu’était devenus ses précieux locaux, Kazuki pouvait dire adieu au monde des vivants.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuki Ashiya

avatar

Nombre de messages : 40
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Ven 19 Mar 2010 - 20:03

[T’inquiètes, je comprends très bien pour l’envie de dormir mdr. Et désolé je viens tout juste de voir que tu avais posté une réponse, je dois être un peu à l’ouest c’est temps-ci ! J’espère que ma réponse ira, j’ai l’impression d’être un peu déconnecté en ce moment…]

Le temps de la rencontre défilait, beaucoup plus lentement que les pensées du jeune Ashiya. Il avait l’impression de faire sa propre psychanalyse. Plus il observait Kazuki, plus il pensait à Jun, et plus il pensait à son frère aîné, plus il réfléchissait sur son comportement vis-à-vis de sa propre famille. S’analyser ainsi était fatiguant, et surtout déprimant quand on se rendait compte de ses faiblesses. Sans oublier, et cela malgré lui, que Yuuki commençait à s’inquiéter sérieusement pour son cousin qui lui donnait l’impression de délirer par excès de fièvre. Ce sentiment provenait-il de sa bienveillance naturelle à l’égard d’autrui, ou bien le jeune Ashiya ne parvenait-il pas assez bien à se convaincre qu’il existait absolument aucun lien entre eux ? L’un où l’autre le poussa certainement à insister :

"Tu es certain de ne pas vouloir aller à l’infirmerie ?" demanda t’il.

Le sourie bêta du senpaï ne l’avait pas franchement rassuré. Cela ne l’empêcha pas de revenir vite sur le sujet de sa visite, ainsi que de jouer les anguilles et fuir les familiarités. Un instant, il lui sembla que Kazuki reprenait ses esprits, il se frottait les yeux comme quelqu’un qui cherche à se réveiller. Yuuki faillit même avancer une main vers lui, avant de se réprimander intérieurement.

*Ce qui je dois faire, c’est mettre de la distance entre nous deux* se disait il avec fermeté.

"Le conseil des élèves aurait besoin de quelques photos de l’académie pour les portes ouvertes. Nous pensions qu’il serait bien d’exposer celles faites par votre club. Après avoir discuté avec vous des détails de l’exposition bien entendu. "
exposa simplement le jeune homme, laissant le soin à Kazuki de poser les questions qui lui venaient.

Il pensait être tiré d’affaire en amenant la rencontre sur un terrain sérieux et concret. Passer du personnel au professionnel le rassurait mais cela n’allait pas durer. De nouveau, il sentit que l’on s’agrippait à lui. Déjà résigner, il se laissa faire après un lourd soupir. Bien entendu, il n’était pas obligé de supporter cette scène très embarrassante mais l’air fatigué de son cousin vint vite à bout de ses désirs de révoltes.

*Je suis censé négocier avec lui, pas provoquer une dispute.*

Malheureusement, les couloirs n’étaient pas déserts à cette heure-ci, et Yuuki entendit vite des murmures sur les passages. Par moments, il avait envie de préciser, aux jolies filles qu’ils croisaient qu’en aucun cas il n’avait viré de bord, que le mec à côté de lui était seulement son cousin. Seulement voilà, comme il ne se vantait jamais de ce lien de famille, l’affirmer tout d’un coup aurait été bizarre, surtout devant Kazuki.

"…Senpaï….c’est embarrassant…" murmura t’il, dans l’espoir qu’un éclair de lucidité réveille son cousin.

À cet instant, le terminal lui faisait un peu penser à son propre grand frère, qui ne se dérangeait pas pour agripper les gens, peu importe si cela faisait jaser les spectateurs. Et le jeune homme se demandait, avec une curiosité bien dissimulée, comment s’exprimait la relation entre Jun et Kazuki. Comment agissaient-ils l’un envers l’autre ?

*Kazuki aime t’il Nii-san ? * se demanda-t-il tandis qu’il observait son cousin, et trébuchait par la même occasion, pour avoir oublié de faire correctement un pas devant l’autre.

L’entrée dans la salle du club de photographie fut une réelle surprise pour le jeune homme, qui en resta muet de stupeur. Il faisait un effort pour retenir tout commentaire, même après la supplication de son cousin. Assez stoïquement, il s’avança dans la pièce, observa un peu mieux les photographies accrochées aux murs. Ses sourcils se froncèrent légèrement quand il reconnaissait Jun Ashiya, mais il préférait s’intéresser aux autres personnages.

"C’est ta petite amie ?" demanda t’il en désignant la photo d’une belle jeune fille aux yeux rouges.

Puis il se retourna vers la salle entière, et pu constater que la vue était pire de l’intérieur que de l’extérieur. Soudain, Yuuki fut pris de tremblements incontrôlables, et colla une main devant sa bouche. Il ne parvenait plus à se tenir droit, et devait s’appuyer contre un maigre bord de table encore vierge de photos. Finalement, il ne tint plus et éclata de rire.

"Si Louise-hime voyait ça…ou même Tsuki…" parvint il à commenter avant de rire à nouveau.

Au bout de quelques minutes, il se calma petit à petit, mais des larmes perlaient aux cours de ses yeux, qui eux riaient encore de sa découverte. Avec de bons efforts, le jeune homme pouvait reprendre son air sérieux, mais un sourire ne quittait plus son visage.

"Pardonne ma réaction, mais je n’aurais jamais imaginé Kazuki aussi désordonné. Enfin, tu as eu de la chance que je sois l’envoyé du conseil. Même si je suis obligé, en tant que vice-président, de te demander d’utiliser des cadres pour les photographies sur les murs et de ranger un peu, surtout si le conseil travaille avec le club pendant quelques jours." puis Yuuki ajouta d’un ton mi-menace, mi-conseil : "Il y’a un risque que Louise-hime passe par là."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Kazehaya
_______________________
_______________________
avatar

Nombre de messages : 220
Age du personnage : 27 ans
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Dim 4 Avr 2010 - 0:07

[Bon, retard encore plus important ... Tu ne peux me battre !!! ... J'espère que ça ira ... Je suis dans le même état de fatigue que Kazuki sans avoir fait de nuit blanche Razz]

La fatigue se ressentait dans les agissements du photographe. On pouvait même penser voir une fièvre pointer le bout de son nez. Cependant, Kazuki était bien décidé à reprendre ses esprits. Ce n’était pas tous les jours que la chance de parler à son cousin se présentait. Aussi, malgré l’inquiétude dont faisait preuve Yuuki, il lui assura que tout allait bien comme il le put, c’est-à-dire avec un grand sourire puis en hochant la tête vivement. Ce n’était pas une petite nuit blanche de rien du tout qui allait l’abattre !

« Des photos de l’académie uh … » dit-il pensif, « On doit avoir ça … Quelque part, je pense. »

C’est avec une pointe d’hésitation que Kazuki termina sa phrase. En effet, il n’avait pas vu ces clichés depuis un certain temps. Les ayant développé histoire de varier sa collection, il avait fini par les fourrer quelque part dans les locaux du club comme toutes les autres photos n’ayant pas eu l’honneur d’être collées au mur, du moins c’est ce qu’il croyait. Au pire il n’aurait qu’à les refaire ! Sauf que rien que d’y penser, le jeune homme sentit ses paupières s’alourdir. Impossible, pas aujourd’hui, non.

« La date limite pour fournir tout ça ? Enfin … combien de jour avant que la miss ne m’étrangle ? … » dit-il le visage soudainement pâle.

Kazuki voulait bien entendu parler de la vice présidente du conseil. N’ayant aucune envie de se retrouver face à elle à fournir des explications et excuses, il voulut établir un plan assurant sa survie. Et pour exécuter tout cela, il fallait de l’énergie, quelque chose dont il avait cruellement besoin en ce moment. Aussi, l’envie de s’approcher à nouveau de son cousin se fit de plus en plus vive. Finissant par céder à la tentation, les deux jeunes hommes se retrouvèrent à longer les couloirs, en étant plus que proche … Aussi ce ne fut qu’une question de temps avant que Yuuki ne fasse une remarque à ce sujet.


« Ah … Désolé haha ! Promis, je te libère une fois au clu- … WOW! Ca va ? » dit-il tentant de rattraper son cousin.

Ils durent tout de même rester dans cette position. Mais mieux valait pour Yuuki de se rendre un peu ridicule plutôt que de se retrouver avec un Kazuki évanoui à trainer jusqu’à l’infirmerie. Il fallait donc que ce dernier économise ses forces ! Par la suite, leur arrivée aux locaux du club le ravit malgré le désordre qui y régnait. Kazuki resta quelques secondes sans voix à la question qui lui était posée. N’ayant pas la force de se contrôler, il laissa libre cour à ses émotions pour le plus grand malheur de Yuuki…


« N’est-elle pas ravissante ?! Siiiii belle ~ ! Elle est magnifique ! » s’exclama-t-il, aux anges, « Si je revois Jun lui faire un câlin je l’étrangle … » ajouta-t-il, mort de jalousie.

Se rendant compte qu’il venait d’évoquer le ‘petit grand frère’, Kazuki voulut se fracasser la tête sur un mur. Espérant que cela n’ait pas affecté son cousin, il le supplia ensuite de ne pas le dénoncer, réalisant enfin que l’état des lieux lui vaudrait un châtiment des plus atroces de la part de Louise. La réaction de son interlocuteur fut bien plus que surprenante. Aussi, trop choqué, Kazuki sentit ses jambes faiblir et tomba au sol, en atterrissant sur son derrière ! Fixant longuement son cousin jusqu’à que celui-ci se calme, le voir rire ainsi le fascinait presque. Peut-être devrait-il ne plus jamais faire le ménage ?! … Mauvaise idée. D’abord embarrassé par la remarque, puis heureux qu’il ait abandonné le ‘senpai’, la pseudo-menace du membre du conseil le donna ensuite des frissons dans le dos.


« Je m’y mets je m’y mets !! » s’écria-t-il paniqué.

Puis se relevant, il fonça à toute vitesse vers une armoire, supposée vide … Jusqu’à ce qu’il ne l’ouvre et la referme immédiatement. Comment avait-il pu créer un tel fouillis tout seul ? C’en était effrayant …


« Je te prierai de ne pas regarder là dedans avant que j’en ais fini avec haha … Je suis sûr que les cadres sont quelque part par ici … » dit-il en plongeant la tête dans l’armoire, scrutant chaque étage de celle-ci.

Le président du club tenta de mettre un peu d’ordre dans le meuble, et ce ne fut qu’après dix minutes qu’il put enfin sortir une pile de cadres en bois, fier de lui. Les posant où il le put, il balaya la salle du regard pour finir désespéré en constatant qu’il lui restait encore beaucoup à faire.


« Je ne vais pas survivre à ça… » dit-il en se frottant à nouveau les yeux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuki Ashiya

avatar

Nombre de messages : 40
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Lun 26 Avr 2010 - 17:00

[Finalement pour le retard je vais être le pire ! Désolé, et vivement la fin des cours et devoirs maison…J'espère que ma relance des choses ne t'embettera pas.]

Plus à l’aise sur un terrain sérieux que affectif avec son cousin, chose qui pouvait paraitre étrange, le jeune homme aurait aimé recevoir les clichés le plus tôt possible. Cela lui aurait évité de devoir repasser voir Kazuki. Mais le ton du senpaï ne lui laissait guère d’espoirs. Yuuki avait l’impression de porter un costume trop serré, dans lequel il devait paraitre parfaitement à l’aise.

*Quel coincé je fais !* réalisa t’il pour lui-même.

Ce n’était pas comme s’il devait passer un examen de mathématiques sans connaitre son cours ! Il s’agissait là de son point fort : les relations humaines, alors pourquoi faiblissait t’il quand il était question de sa famille ?

"En fait, tu as un peu plus de deux semaines… "

Yuuki répondit sans préciser que, s’il n’avait pas joué les lâches durant deux jours, Kazuki aurait deux trois semaines complètes pour les préparatifs. Mais c’était un détail que le jeune homme comptait bien conserver secret, il ne voulait pas avoir à expliquer pourquoi cet entretient lui était difficile.

"…et normalement tu ne devrais pas avoir à rencontrer Louise-hime avant la fin du projet, sauf si tu ne respectes pas les délais. " finit-il avec un sourire encourageant.

Une petite voix en lui le traita d’idiot, le moyen pour se sortir d’affaire venait tout juste de lui parvenir en colis recommandé. Yuuki, trop content d’y voir un panneau de secours se laissa néanmoins emporter par ses sombres réflexions autour de son frère et de son cousin. Il trébucha, puis sentit qui Kazuki tentait de le rattraper, curieusement il se sentait coupable, après tout son senpai n’avait vraiment pas l’air en grande forme.


"Merci et désolé, je vais faire plus attention…Au fait, si tu préfères travailler avec Louise-hime sur le projet, je peux transmettre le message tu sais…Par contre, si jamais tu la tiens comme tu me tiens je pense que tu te feras un ennemi au conseil. " le jeune homme prononça sa phrase, un sourire amusé sur les lèvres.

Ça y’est, il était parvenu à ouvrir une porte de sortie sans que cela paraisse être une fuite. Pourtant, son entrée dans la salle du club de photographie lui fit oublier toutes ses réticences. En étant honnête avec lui-même, il devait bien avouer que découvrir une facette aussi surprenante de Kazuki l’amusait beaucoup. Peut être se faisait-il trop d’idées sur son cousin, et que le mieux était d’apprendre à le connaitre. En fait, il savait très bien que c’était la meilleure des façons mais…

"C’est vrai, tu as de la chance, ta petite amie est tellement mignonne que l’on a l’envie la serrer dans ses bras." dit-il d’un trait avec un grand sourire, heureux comme un idiot d’entendre son cousin lui ouvrir ses sentiments.

Quand le jeune homme réalisa, qu’il venait en réalité de justifier l’envie de câlin de son frère, un silence pesant s’installa brusquement. C’était un peu comme s’il montrait que ses goûts étaient les mêmes que ceux de Jun. Cependant lui ne se permettait pas de sauter dans les bras des gens, surtout des filles. Une vague d’irritation envers lui-même assombrit son visage alors qu’il tentait de se forcer à sourire.

*En plus j’ai dit ça tout naturellement. Non mais quel idiot ! *

"Enfin, je ne ferais jamais ça..." prononça t’il à voix haute, avec un sourire grimaçant.

Un soupire et un gros travail sur lui-même, aida le jeune homme à se concentrer sur la pièce. Et plus il la regardait, plus il sentait un nouveau problème venir en lui. Yuuki pu se retenir un instant, mais il faisait un mauvais acteur. Alors le rire arriva. Puis, il pu observer la réaction intéressante que produisait son conseil menaçant sur Kazuki. Surpris tout d’abord, il se contenta de regarder avec un sourire jusqu’aux oreilles. Dix bonnes minutes passèrent avant que des cadres en bois apparaissent, le rangement restant allait durer des heures.


"Il y’a peu de chance que tu y survives en effet. Mieux vaut appliquer ma méthode dans ce cas là… " Yuuki attrapa soudainement le bras de son cousin, autant pour le soutenir que pour le mener où il voulait "... le repli stratégique ! Pour le moment, tu n’es pas vraiment en état de faire tout ça, et comme il fait beau aujourd’hui on va pouvoir te trouver un coin sympa où faire une sieste. En attendant, j’irais nous chercher des boissons. Ensuite quand tu seras frais, tu n’auras cas faire passer un message dans ton club, et demander aux autres membres de t’aider. Après tout s’il y’a plusieurs personnes par club c’est bien pour s’entraider ".

Le jeune homme souriait d’un air rassurant, mais aussi du genre : il vaut mieux que tu me suives si tu ne veux pas avoir des ennuis. Il n’avait aucune envie de devoir ramasser un Kazuki épuisé sous un océan de photos.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Kazehaya
_______________________
_______________________
avatar

Nombre de messages : 220
Age du personnage : 27 ans
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Ven 30 Avr 2010 - 17:07

[Mon cauchemar va reprendre dès lundi personnellement ... J'espère que ma réponse est potable ...^^' Je commence à m'interroger sur la santé mentale de Kazuki ...]

Quelle chance notre photographe avait ! Au moins deux semaines, deux LONGUES semaines pour fournir des photos, PLUS DE DEUX semaines pour trouver un moyen d’échapper aux griffes de la vice présidente ! C’était presque trop à encaisser. Heureux comme tout, Kazuki planait littéralement, un air niais scotché au visage. On aurait presque pu apercevoir des fleurs multicolores tournoyer autour de lui et la petite précision de son cousin en rajoutait à son bonheur, lui donnant presque envie de le resserrer très fort dans ses bras, ce qu’il ne tarda pas à faire … Vint alors la suggestion de Yuuki qui laissa Kazuki quelque peu … perplexe. L’information mit du temps à atteindre le cerveau et en mit encore plus à être traitée. Une réaction en chaîne finit cependant par s’activer, donnant lieu à des calculs et équations étranges tels que : Louise + travail = … DANGER … Louise + bras autour = … MORT. Avant même d’avoir révisé, le terminal se grillait déjà les neurones inutilement. En fin de compte, la suggestion de son ‘kouhai’ tenait plus de la menace à ses yeux et aurait pu finir par le rendre paranoïaque.

*Est-ce qu’il va me livrer à Louise-san si je ne travaille pas correctement ?!*

Le visage de Kazuki devint soudainement pâle et on sentit un épais nuage de désespoir l’entourer. S’il ne s’était pas repris à temps, il aurait sûrement finit à terre, accroché à la jambe de Yuuki, l’implorant de ne pas l’abandonner. Heureusement, il réussit à ne pas attirer encore plus l’attention sur eux et articula difficilement, la voix tremblante :

« Oh non je ne voudrais pas la déranger et je suis encore trop jeune pour mourir … Pitié … »

Beaucoup se demandait pourquoi Kazuki craignait tellement la fameuse Louise alors qu’elle était tout à fait charmante aux yeux de tous. Et bien c’était très simple, cette dernière représentait en quelque sorte les forces de l’ordre, tandis que le jeune homme était le fauteur de troubles. A chaque infraction au règlement qu’il commettait, Louise était sûre d’y assister et de le « réprimander », allant du simple rappel aux punitions plus sévères ... Mieux valait ne pas en parler.
Après le désespoir, l’euphorie prit Kazuki lorsqu’il parla d’Eva. Amusé par la réaction de son cousin, il ne put s’empêcher d’en rire.


« Hahaha ! Tant mieux alors ! Il n’empêche que je me demande bien comment elle réagirait si tu le faisais … Il faudrait tester un jour … » finit-il par dire en plaisantant bien sûr.

Par la suite, stimulé par le ‘conseil’ de Yuuki, il réussit à dénicher quelques cadres pour photos, non pas sans difficultés. Néanmoins ranger le reste des locaux allait nécessiter mille fois plus d’énergie, et Kazuki fut plus que surpris de voir que son cousin savait très bien qu’il ne pourrait rien accomplir dans cet état de fatigue.


« J’aurais presque envie de te serrer dans mes bras … » dit-il les larmes aux yeux, transporté de joie.

Essuyant ces quelques larmes à l’aide du revers de sa manche, le jeune homme était plus que déterminé à faire une bonne longue sieste. Mais avant, il tenait à vraiment organiser le ménage de printemps du club. Aussi, il s’empara de plusieurs feuilles et après avoir trouvé de quoi écrire, griffonna sur chacune date et heure de rendez-vous et un petit mot personnalisé... Kazuki retourna ensuite auprès de son cousin qu’il attrapa à nouveau par le cou (plus confortable je suppose, du moins pour lui !!) et fonça (comme il put dans son état ... !) vers la sortie, puis vers les salles de classe de chaque membre du club de photographie, scotchant sur chaque porte une des feuilles. Mis à part le fait que les deux cousins étaient très « proches », le plus gênant se trouvait sûrement dans le contenu des ‘petits’ mots. D'ailleurs les élèves qui passaient devant les fixaient les yeux grands ouverts ... Aussi on pouvait y lire pour certaine des choses embarrassantes telles que « Je risque de mourir de solitude si je ne te vois pas ce jour là » ou des choses plus suspectes comme « Je te livrerai Jun en récompense ». Et pour certain … « Je ferai de ta vie un enfer » ou « Je te ferai avaler le menu spécial Yuki-lla pendant des mois » (ça va devenir une légende ! Rien que le nom donne des frissons …).


« Voilà voilà ...! Ça devrait faire l'affaire non ? » dit-il fier de lui, à moitié éveillé, « Sieste nous arrivons !!!! »

Ce fut en pointant l’autre bout du couloir qu’il entraina à nouveau Yuuki dans les couloirs de l'établissement. Il n’y avait pas une minute à perdre, chaque seconde qui s’écoulait représentait une seconde de sommeil en moins ! Aussi, une fois arrivé aux jardins aux cerisiers, Kazuki s'écroula sur l’herbe, et heureux comme tout, roula à droite à gauche comme un chien dans un moment de délire complet, puis s'assis, les yeux fixés sur son cousin.

"Viens t'allonger, une sieste ne fait de mal à personne !! Le ciel est bleu, température idéale, fleurs ... c'est parfait ~!!" s'écria-t-il les bras en l'air.

Pauvre Yuuki, quelle malchance il avait de tomber un jour où Kazuki divaguait sans arrêt...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuki Ashiya

avatar

Nombre de messages : 40
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Mar 18 Mai 2010 - 21:03

[Ouf ! Les examens sont enfin finis ! Et je revis !!! Yuuki se réveille aussi par la même occasion, vraiment désolé pour l’attente ! J'ai eu quelques problèmes pour poster, alors j'espère que ma réponse va aller...]

Le vice-président du conseil des élèves ne pensait pas avoir déjà vu quelqu’un pâlir autant au sujet de son homologue féminin. Et même s’il ne risquait pas de l’avouer à voix haute, la situation lui paraissait très amusante. De son côté, il n’avait jamais réellement craint Louise de Soleir, même s’il évitait de la mettre en colère, du moins la plupart du temps. À dire vrai, Yuuki n’avait pas grand-chose à faire en ce moment pour passer presque inaperçu aux yeux de la vice-présidente lors des réunions du conseil. Il avait parfois l’impression d’être invisible tout en s’apercevant, à son grand dam, de tout ce qu’il se passait officieusement entre les membres. Et passer la plupart de son temps avec Tsuki ne l’aidait pas à cacher ce qu’il avait deviné. Depuis le bal le président retenait une sombre colère en lui. Ce n’était pas son caractère réservé qui allait lui permettre de s’ouvrir à ses amis, en conséquence de quoi l’ambiance pesante n’était pas prête de changer.
S’occuper des relations avec les autres clubs était donc censé être une bouffée d’air frais pour le jeune homme. Enfin, cela aurait été aussi simple si son nouveau partenaire de travail n’avait pas été son cousin. Toutefois, malgré la tension que faisait naître en lui cet entretient, et curieusement, le comportement de Kazuki le distrayait. Yuuki avait du mal à cacher le sourire d’amusement que la voix tremblante de son cousin tissait sur ses lèvres.

Petit à petit s’en même s’en apercevoir, le jeune homme se sentait de plus en plus proche de son senpai. Un peu comme s’il avait toujours pu lui parler naturellement. Si Yuuki avait été moins têtu, il aurait certainement pensé que les liens du sang pouvaient peut être créé des liens inexplicables. Bien sûr, il fallait exclure de cette supposition l’élément perturbateur qui était plus étranger qu’un véritable étranger à ses yeux : son frère ainé.


" Il y’a des risques pour qu’elle me rejette, plus ou moins violemment. Il y’a 100% de chance pour qu’elle me prenne pour un pervers, vu que je n’ai absolument pas un visage innocent... " rajouta Yuuki à la plaisanterie de son cousin, mais sur un ton plus sérieux.

*…et puisque je ne ressemble pas à un élève de primaire.* compléta t’il en pensée.

Bien entendu, il ne pouvait s’empêcher d’avoir un petit Jun dans la tête. Depuis qu’ils fréquentaient la même école, c’était comme si un fantôme le suivait sans cesse en se moquant de ses efforts pour l’ignorer. Finalement, Yuuki se jeta sur un autre sujet, cela lui permettait de se changer les idées et de se concentrer sur ce qu’il devait faire. Il proposa à son cousin (enfin on pourrait utiliser le verbe ‘imposer’ ici) de se reposer pour l’instant, ce qui sembla plaire.


"Heureusement qu’il y’a le presque. Il faudrait vraiment éviter ce genre de choses, sinon plus aucune fille de l’école ne voudra bien croire que je suis hétéro". dit-il avec un sourire méfiant.

Le jeune homme avait toujours en tête la scène de Kazuki s’agrippant à lui dans les couloirs. Il était encore disposé à le soutenir pour se déplacer, mais priait pour éviter les ‘embrassades’ en public. Mais il faut dire qu’il n’eut pas vraiment le choix lorsque son cousin le prit par le cou. Un soupir de résignation fut son seul commentaire, et une prière pour ne pas croiser de jolies filles en route sa seule action avant de s’élancer hors de la salle de photographie.


" Je suis étonné. On ne dirait pas en te voyant Kazuki, mais en fait tu es un vrai tyran dans ton club…" plaça Yuuki après avoir lu quelques petits mots laissés par son cousin.

Le contenu des messages lui donnait envie de rire, mais il n’avait pu résister à charrier son senpai, oubliant alors que son camarade était non seulement son aîné, mais aussi qu’il venait tout juste de lui parler réellement pour la première fois. Le jeune homme n’avait aucune idée de comment son cousin allait réagir, il n’y avait même pas réfléchit. La proximité physique, et puis son caractère l’avait poussé à agir avec Kazuki comme s’il s’agissait d’un ami et non d’un simple partenaire de travail. Là, il souriait d’un air moqueur dépourvu de toute malignité. À l’observer ainsi, on pouvait en conclure une chose certaine : Yuuki Ashiya ne réfléchissait que rarement à ce qu’il faisait
en gros, il était certainement un peu simple d’esprit » j’ai du censurer cette phrase pour ne pas me faire attaquer en justice par mon personnage mdr.].

"Avant je vais nous chercher des boissons, tu as envie de quelque chose ?" demanda le jeune homme après avoir observé, avec un calme forcé, les roulades de Kazuki. "Tu sais qui tu me rappelles en faisant ça ? "demanda t’il en une dernière question.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Kazehaya
_______________________
_______________________
avatar

Nombre de messages : 220
Age du personnage : 27 ans
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Sam 22 Mai 2010 - 16:13

Mis à part le fait qu'il se sentait extrêmement faible et que son état mental laissait à désirer, Kazuki se sentait heureux, presque béni, en ce jour ensoleillé. Non seulement il avait pour la première fois réussi à tenir une conversation avec son cousin, mais en plus, ce dernier semblait ne pas détester sa compagnie et supportait bien ses délires. Il fallait tout de même qu'il pense à s'excuser une fois reposé. Il ne pouvait pas laisser cette impression de "gars louche" chez lui. Lui qui avait toujours voulu paraître mature devant ses cousins. C'était raté. Il suffisait de prononcer un seul nom pour rendre le photographe mort de peur, et Yuuki avait fini par le comprendre, du moins c'est ce qu'il espérait de tout son coeur.

"Oh ça tu sais ... Ton visage lui paraîtra tout à fait angélique à mon avis ! Il faut dire qu'elle a souvent à faire à Henry ... Et lui ... Je vais t'épargner les détails haha !" répondit Kazuki.

En effet, l'entourage du jeune homme était très diversifié : mascotte miniature, musiciens, membres du conseil, playboy ... Ce n'était pas pour rien qu'il était capable de plaisanter au sujet d'Eva. Il savait très bien d'où venait la plus grande menace. De plus, Eva semblait pouvoir repousser ses assaillants d'une manière très efficace. Kazuki commençait même à se demander si elle n'avait pas pris des cours de karate quelque part derrière son dos. Et lui qui voulait jouer le prince charmant sauvant sa belle, c'était encore une fois raté !
Une sieste s'imposait, pour le plus grand bonheur du président du club. Il n'avait d'ailleurs peut-être pas agi physiquement, mais dans son esprit, il tenait déjà Yuuki très fort dans ses bras. Il dû cependant vite oublier cette image. Quand il s'agissait de trouver son âme soeur, Kazuki était tout ouïe et se réprimanda intérieurement pour avoir peut-être engendrer des malentendus parmi la gente féminine. Que ferait-il si son cousin ratait la chance de sa vie par sa faute ?!


"Oh mon dieu ... Je n'y avais pas pensé ... Yuuki .... Je suis vraiment ... désolé ... ! Je vais ... arranger ... tout ça ... Je te le promets ..." dit-il, presque zombifié.

Malheureusement pour le vice président, Kazuki n'était pas encore en forme pour tenir parole. Aussi il ne put s'empêcher de reprendre son cousin par le cou pour faire le chemin jusqu'aux salles de classe de ses photographes adorés.


"Je te présenterai à des terminales ravissantes quand j'aurai plus la pêche, promis ! Je connais quelques premières aussi, tu auras l'embarras du choix je t'assure ! Et si des rumeurs se répandent ... j'ai des relations et des moyens de pression ..." ajouta-t-il en affichant un sourire plus qu'inquiétant.

Mieux ne valait pas chercher à savoir comment il comptait régler tout cela. Ce côté mystérieux et dangereux se faisait voir aussi sur les petits mots qu'il laissait aux membres du club. Un bon nombre d'élèves allaient passer devant ces mots et les lire avant les destinataires, de quoi donner envie à ces derniers de revenir au club juste pour botter les fesses à leur président, à plusieurs ils viendraient à bout de lui !


"Oh ça ... Ce n'est qu'une façade, je suis plus suicidaire qu'autre chose hahaha. D'ailleurs il va falloir que tu sois là quand ils viendront au club. Je vais avoir besoin d'aide pour les empêcher de me tordre le cou ..." dit-il, tout à coup terrifié.

Théoriquement, cela aurait été un jeu d'enfant pour Kazuki de s'en sortir vivant grâce à son expérience en karaté, mais c'était bien 'théoriquement' car le jeune homme était si souvent en manque de sommeil qu'en fin de compte, il n'avait jamais assez d'endurance pour toute activité requérant des efforts physiques de plus de cinq minutes. De plus, il avait trouvé une excuse parfaite pour pousser Yuuki à venir le voir plus souvent. Il n'allait tout de même pas laisser le pauvre Kazuki dans un tel pétrin ?! Il fallait que quelqu'un le protège et il espérait de tout coeur que son cousin ne le laisserait pas mourir dans d'atroces souffrances.
Une fois arrivé sous les cerisiers, Kazuki eut un autre excès de folie, cela en devenait plus qu'inquiétant. N'importe quel passant aurait pu appeler des secours pour transporter le "malade" à l'hôpital. Heureusement que cela ne dura pas plus longtemps, le jeune homme commençait sérieusement à détruire son image.


"Oh !! Attends je t'accompagne alors !!" s'écria-t-il en s'asseyant à une vitesse ahurissante.

Yuuki le laissait déjà faire une sieste alors s'il devait en plus lui ramener à boire, on pourrait croire que Kazuki lui faisait du chantage, et ce n'était pas le cas ! Alors qu'il s'apprêtait psychologiquement à se remettre debout, la question de son cousin l'interloqua. Redoutant le pire, il hésita longtemps avant de répondre.


"Euh ... D'un côté je préfère ne pas savoir mais de l'autre ... Je suis trop curieux pour résister même si je sens que je vais le regretter !" dit-il, impatient de connaître la réponse.

Par la suite, Kazuki se souvint soudainement d'un détail crucial. Comment avait-il pu omettre une chose aussi importante, lui, le président du club de photographie ?! C’en était presque honteux ! Aussi il se retrouva en un rien de temps à nouveau aux côtés de son cousin, sortant son appareil photo numérique de sa poche droite et entourant à nouveau Yuuki avec son bras gauche.


"Je ne te toucherai plus de la journée après ça ! Aller fais moi un beau sourire de tombeur !" s’exclama-t-il en pointant l'objectif de la caméra vers eux.

Il rapprocha aussi son visage de celui de son cousin, jusqu’à ce que leur tempe se touche. Il fallait bien qu’ils rentrent tous les deux sur la photo. Kazuki n’avait aucune envie de perdre la moitié d’un des visages en cours de route. Il tendit le bras et tint le plus loin possible l'appareil. Le flash ne mit pas longtemps à les aveugler, permettant ensuite au photographe de contempler son œuvre. Ce n’était pas du travail de pro mais c’était justement le but. Kazuki voulait simplement immortaliser le moment, le jour où Yuuki était venu à lui, bon peut-être à cause du travail mais l’essentiel était qu’ils avaient pu se parler et il ne remercierait jamais assez le conseil des élèves pour cela.


"Tu peux être sûr que je vais la scotch- … euh mettre dans un cadre dans les locaux et dans ma chambre !" dit-il en se rappelant qu’il devait être plus organisé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuki Ashiya

avatar

Nombre de messages : 40
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Dim 23 Mai 2010 - 20:03

[J'aime beaucoup le moment où Kazuki se souvient qu’il ne faut plus scotcher les photos au mur. Wink ]

Quelque part, Yuuki se demandait si un jour il pourrait discuter un peu avec Eva Watson, non parce qu’il avait soudain craqué devant sa photographie, bien que cela n’aurait pas été impossible, mais parce qu’une partie de lui désirait mieux connaître son cousin. Et en savoir plus sur celle qu’il aimait semblait un bon moyen d’y parvenir. Tandis qu’il hésitait à aborder une jolie terminale du jour au lendemain, un nom retint son attention. Henry Campbell était plutôt connu dans l’école pour être un sacré dragueur.

" Hum Henry Campbell? Il est plutôt épatant…" murmura discrètement le jeune homme, reconnaissant une force chez quelqu’un, où chez lui le sujet était plus une faiblesse

Le succès de ce senpai auprès des filles impressionnait Yuuki, qui lui restait assez invisible de ce côté-là. Sa curiosité brulait d’envie de demander quelques conseils à celui qu’on surnommait un « tombeur », mais le jeune Ashiya se retenait. L’idée de passer pour un petit garçon suppliant de l’aide heurtait son égo masculin…surtout…quand il pensait à son frère qui n’avait aucun scrupule à sauter dans les bras des filles, ce qui ne l’empêchait pas d’être adoré.

" Et, tu n’es pas trop inquiet avec lui dans les parages ? Je veux dire que si Henry-senpaï s’intéressait sérieusement à Eva-senpaï, je ne le vois pas trop ne train de se retenir…" réalisa le jeune homme, un peu soucieux pour Kazuki.

En vérité, il voyait mal le Henry Campbell abandonner de draguer une fille, juste parce qu’elle était déjà prise. Si jamais Yuuki avait été à la place de son cousin, il se serait certainement sentit tendu…D’ailleurs, en parlant de la situation du jeune Ashiya, il regretta vite d’avoir abordé le sujet, même s’il plaisantait à moitié. Il n’était pas tant que ça soucieux de l’opinion que ses camarades féminines avaient de lui, parce que Yuuki s’était bien habitué à n’attirer l’attention de personne. Cependant ce n’était pas comme s’il ne s’intéressait pas aux filles, et les promesses de Kazuki, loin de le rassuré, ne présageaient rien de bon.


"Non merci, je ne préfère pas que tu te charges de ce genre de trucs. Je préfère des relations plus…naturelles." répondit-il avec un sourire anxieux.

Yuuki ne voulait même pas savoir quel genre de moyens et de relations son cousin disposait. Puis l’attention du vice-président du conseil des élèves se posa sur les mots laissés aux autres membres du club de photographies. Il ne manqua pas de charrier son cousin à ce propos. La réponse de ce dernier faillit faire rire le jeune homme, plutôt que susciter son inquiétude. Une tradition familiale voulait que ses membres sachent se défendre, il imaginait mal Kazuki dérogeant à la règle, et pourtant…


"On dit que la peur peut être une bonne motivation au travail… " commença Yuuki d’un ton impitoyable, avant d’offrir soudain un sourire rassurant "mais comme j’ai besoin de toi pour le projet du conseil, je n’ai pas d’autre choix que de te protéger, n’est-ce pas Kazuki-chan ? "

*Même si je ne pense pas être vraiment utile, mais bon.* pensa-t-il, en trouvant là un prétexte pour revoir un peu plus son cousin. Au moins durant un temps. Pour une fois, il se disait que tant qu’il ne croisait pas un certain nain de jardin, tout irait assez bien.

" Je te rappelles que c’est toi qui est fatigué…et pour être franc j’irais plus vite si tu n’es pas agripper à moi… " avoua Yuuki quand son cousin lui proposa malheureusement de l’accompagner.

"Et bien, à l’instant tu ressemblais beaucoup à Sam, un chien que j’ai eu. Il était gentil et même s’il était un peu déséquilibré mentalement " répondit-il avec un grand sourire, avant d’ajouter dans un bas murmure : " mais je l’aimais beaucoup "

" Il n’est pas question que tu viennes avec moi pour les boissons, je n’ai pas envie de te porter jusqu’à l’infirmerie…"


Yuuki insistait encore une fois, avant de voir son cousin bouger subitement. Il ne se doutait pas que son senpaï était capable de bouger aussi vite, alors qu’il ne pouvait se déplacer seul. En deux, trois mouvements il se retrouva à nouveau serrer dans l’emprise de son cousin, et sous les coups d’un flash. Parce qu’il avait mis un bon moment à réaliser ce qu’il se passait, et surtout à comprendre qu’il de délirait pas, la gêne sur son visage au cœur de l’action avait fait place à des joues entièrement contaminées de rouges. Les mots « affichés », « dans ma chambre », « dans les locaux » résonnaient dans sa tête comme une menace.

"Il n’est pas question que tu affiches cette photo… " dit il en faisant de gros efforts pour ne pas céder à la panique.

Le vice-président du conseil tentait de choper l’appareil diabolique des mains de son cousin, tout en essayant de dissimuler l’embarras qu’il ressentait. Ce n’était pas tant la photo qui l’embêtait que la proximité dans laquelle elle les avait surprise Kazuki et lui. Curieusement, pour Yuuki les filles de l’académie pouvaient bien la regarder si elles en avaient envie, mais le jeune homme refusait que " Lui " surprenne cette image. Il ne voulait pas donné l’impression de se rapprocher de "Son" monde, même s’il savait cette pensée complètement stupide, il était prés à s’essouffler pour attraper cet appareil photo.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Kazehaya
_______________________
_______________________
avatar

Nombre de messages : 220
Age du personnage : 27 ans
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Ven 25 Juin 2010 - 14:49

Cela avait été une erreur de parler de Henry car oui, le bel homme avait un succès fulgurant auprès des demoiselles de tout âge de l’établissement. Il suffisait parfois qu’il claque des doigts pour qu’une jolie fille lui tombe dans les bras. Face à lui, Yuuki avait raison de s’inquiéter pour son cousin qui adoptait une attitude un peu trop décontracté, du moins jusqu’à ce qu’on lui ouvre les yeux... A l’écoute des propos du vice président, un frisson le parcouru, et des flashs se bousculèrent dans sa tête. Toutes ces filles, même prises, que Henry avait séduites … Kazuki secoua sa tête dans tous les sens pour chasser ces pensées.

« C’est mon ami, il ne me ferait pas ça ! … Ou peut-être que si mais … » dit-il en riant, « Dans ce cas Eva ne cédera pas et je me coucherai tôt pour le démolir après !!!! … Ah mais … Je vais avoir des ennuis avec le conseil si je fais ça … »

Kazuki semblait torturé par ce dilemme. Aussi le nouveau sujet qu’aborda son cousin adoré lui permit d’oublier toutes ses angoisses. Enfin presque car à présent il s’en voulut d’avoir trainé un jeune homme à travers l’établissement, favorisant ainsi les malentendus auprès de la gente féminine. Bien qu’il ait tenté de rattraper le coup à sa manière, il se rendit vite compte que sa proposition était plus que pas alléchante.

« Oh … Ah oui en effet … C’est comme ces histoires de shoujo ! Une rencontre ‘naturelle’. Oui. C’est bien ce qu’il y a de mieux ! » dit-il les yeux fermés en hochant la tête en signe d’approbation.

Dans son esprit, un tas d’image lui venait à l’esprit : jeune fille trébuchant et tombant dans les bras de son prince, coup de foudre et rivalité … Ce ne fut que quelques secondes plus tard qu’il s’aperçut que ses références étaient plutôt suspectes venant d’un jeune homme. Aussi il s’empressa d’ajouter, embarrassée :


« Euh juste une précision, c’est une fille de ma classe qui raffole de ces mangas romantiques ! J’en ai à peine lu un tout petit bout contre ma volonté en plus ! » dit-il se rappelant ces moments de tortures.

Non seulement il passait déjà pour un dérangé mais en plus ses passe-temps devenaient douteux. Mais c’était la vérité, lire ne serait-ce que quelques pages de ces bandes dessinées transformait la tête de Kazuki en volcan en éruption. Aussi les quelques lectures que des filles de sa classe lui faisait subir étaient amplement suffisantes pour le faire divaguer et imaginer des histoires à l’eau de rose. Il aurait même pu être scénariste, quoiqu’il aurait d’abord fallu mieux contrôler ses crises d’embarras. Par la suite, la crainte des représailles des membres du club de photographie poussa Kazuki à demander de l’aide à son cousin. La réponse de ce dernier, malgré un début déplaisant, poussa le président du club à faire quelque chose d’extrême : un énorme câlin à son sauveur. Ce ne fut qu’après être passé à l’acte qu’il se souvint qu’il devait éviter tout acte pouvant mené à des malentendus …


« Oh mince … Désolé … Je crois que j’ai vraiment besoin de repos là … »

Arrivé dans les jardins de l’établissement, la question des boissons se posa. La remarque de Yuuki lui fit l’effet d’un coup de marteau en plein crâne. La honte s’empara de Kazuki qui retomba de suite dans l’herbe.

« Mais euuuuuh … » dit-il comme un enfant de 7 ans qui acceptait sa défaite.

La description du fameux Sam le fit ensuite sourire puis rire silencieusement. Alors comme ça son comportement ressemblait à celui d’un chien ‘déséquilibré mentalement’ ? Allongé dans l’herbe, ce Kazuki plus reposé était plus attentif à ce qu’il se passait autour de lui. Aussi le petit murmure de son cousin ne lui échappa complètement.


« Mmh ? Désolé je n’ai pas bien entendu la fin… » dit-il curieux en se redressant, « Je commence à bien m’identifier à Sam là héhé ! »

Pas de quoi être fier pourtant… ! Ayant finalement renoncé à accompagner son cousin, Kazuki se contenta d’hocher la tête sagement. Aussi rapide qu’un ninja, il réussit ensuite à prendre une photo de lui et Yuuki. Mais il dut encore lutter longtemps pour ne pas perdre son trophée. Il semblait que son cousin n’appréciait pas trop ses projets. Déjà essoufflé, Kazuki fit ce qu’il put pour trouver une solution et conserver son nouveau trésor.

« Pourquoi ?! » réussit-il à glisser tout en essayant de protéger son appareil, « Dans mon porte feuille alors ! Je n’ai pas de journal intime mince … ! »

La scène était plus que comique. Qui aurait cru que son séjour dans les jardins allait le fatiguer encore plus ? A bout de souffle, il finit par cesser tout mouvement, laissant alors son cousin s’emparer de l’appareil. Retombant, assis sur l’herbe, il tenta de négocier une dernière fois.

« Juste dans la carte mémoire alors, pitié ! » implora-t-il.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuki Ashiya

avatar

Nombre de messages : 40
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Sam 3 Juil 2010 - 16:58

[J'espère que le Bac s'est bien passé pour toi! Tu as un peu de temps avant les résultats, non? Wink ]

Yuuki se demandait s’il n’avait fait qu’inquiéter son cousin en parlant ainsi du tombeur de l’école. Si lui-même avait eu une petite amie proche de Henry Campbell, il aurait certainement été constamment sur ses gardes. En même temps, il ne pouvait pas s’accorder en franche confiance en lui-même. Pourtant, il devait en être autrement d’Eva avec Kazuki. Le jeune homme était très sympathique malgré tous les efforts du jeune Ashiya pour l’éviter, et Eva ne semblait pas être une fille mauvaise.

"Si tu es certain qu’Eva résistera alors tu n’as rien à craindre. Tu as de la chance d’avoir une petite amie aussi aimante et fidéle". dit Yuuki avec un sourire rassurant. "Et puis, s’il faut prendre des mesures discrètes contre un Henry trop collant, qu’il soit ton ami ou pas, je serais là pour t’aider. "compléta-t-il d’un clin d’œil. "Bien sûr ce sera de façon officieuse, et dans le dos du conseil des élèves sinon nous risquerions tous les deux des problèmes avec notre reine et roi…"

Yuuki espérait que changer de sujet ferait oublier l’inquiétude au président du club de photographie. Il n’aimait pas l’idée de stresser Kazuki dans l’état de fatigue où il se trouvait déjà. Cependant le terrain nouveau était du genre miné, surtout pour un jeune homme qui se sentait sans cesse effacé. Cela ne l’empêcha pourtant pas d’éclater d’un rire nerveux, puis de finir sur un sourire amusé :

"Et bien, si je devais passer un casting pour jouer le héro d’un shoujo je serais vite refoulé. Je n’ai rien d’un prince charmant, dans ce genre de lecture les rôles masculins sont trop parfaits pour qu'on releve le niveau…"

Un silence un peu étrange s’installa durant lequel Yuuki se demandait en quelles occasions son cousin lisait de livres destinés aux jeunes filles. Puis en voyant l’air embarrassé que son aîné affichait, il ne pu s’empêcher de le taquiner.

"Ah ? Je pensais que tu les lisais comme modèle de conduite…" finit-il avec un sourire prêt à se transformer en rire espiègle.

Enfin, le jeune homme avait beau se moquer gentiment des romans à l’eau de rose, et de leurs lecteurs, lui-même avait l’impression d’en vivre un en tant que personnage secondaire lorsqu’il ouvrait un peu trop les yeux dans la salle du conseil des élèves. A contre cœur il devait avouer connaitre des gars qui pouvaient bien valoir des princes, et des jeunes filles aussi belles et douces que des princesses. Malgré les apparences, la question d’une rencontre était loin de l’obséder, il avait déjà suffisamment à faire avec ses histoires familiales et son rôle de vice-président du conseil des élèves.

"C’est une évidence que tu dois te reposer au plus vite ! "rajouta Yuuki à voix basse, comme s’il se parlait à lui-même.

Ne perdant pas son envie de taquiner, le jeune homme commençait à introduire inconsciemment son cousin dans sa vie. Lui qui s’était jurer de ne pas se rapprocher de Kazuki, sentait qu’il l’appréciait de plus en plus, tout comme ce qu’il avait craint. Le fameux Sam constitua une bonne comparaison, mais Yuuki refusa de répéter ses derniers mots, se contentant d’un sourire malicieux.

Soudainement, trop soudainement pour que le jeune homme puisse se contenir. Son cousin l’attrapa et fit d’eux deux une photo, qui aurait du paraitre innocente pour n’importe qui. Mais les mots « sûr…la…mettre…locaux…chambre » avaient grondé dans la tête de Yuuki comme la promesse d’une apocalypse. Une bataille inégale (rappelons l’état de Kazuki quand même), autant que ridicule (à la vue de la couleur écarlate des joues de Yuuki) fit rage. Finalement, le jeune homme embarrassé parvint à récupérer le diabolique appareil. Il osa à peine regarder son cousin dont les fesses venaient de retomber au sol. Yuuki se sentait à cet instant comme le roi des idiots, et pourtant ses joues ne palissaient pas et son rythme cardiaque ne se calmait pas. Un long silence s’installa, pendant lequel le cerveau du garçon bouillonna. Il comprenait pourquoi la photo pouvait être précieuse, mais il était trop loin d’être rassuré.

"Ça va si tu ne la montres pas àà…à mon frère".
céda-t-il en refusant d’affronter le regard de Kazuki, il avait l’impression de jouer les gamins capricieux mais ne réussissait pas à se montrer raisonnable sur ce sujet.

"Es…Est-ce que tu pourras m’envoyer la photo ?" demanda t’il soudain en tendant l’appareil à son propriétaire.

Le regard qu’il posa sur Kazuki portait encore toutes les craintes qu’il ressentait, qui visiblement ne s’étaient pas apaisées. S’il s’était vu lui-même, Yuuki n’aurait pas manqué de se moquer de son air de chat abandonné. Bien entendu, l’idée que l’image compromettante se trouve en libre accès le faisait trembler, cependant il avait envie lui aussi d’avoir cette photo.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Kazehaya
_______________________
_______________________
avatar

Nombre de messages : 220
Age du personnage : 27 ans
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Mer 14 Juil 2010 - 15:07

[A croire que réviser à la dernière minute, ça paie. Je l'ai eu ce foutu bac ! Avec mention TB hahaha ! Et hop Kazuki est de retour !]

Quelle chance il avait, oh oui. Kazuki n’en revenait d’ailleurs toujours pas d’avoir trouvé LA perle rare. Entendre son cousin la décrire de cette façon lui fit rendre compte une nouvelle fois de la chance qu’il avait. Rouge pivoine, Kazuki ne put s’empêcher de se gratter le crâne en signe d’embarras. Il balbutiait des mots confus, faisant tantôt l’éloge de sa belle, tantôt celle de Yuuki, qu’il admirait pour l’aide qu’il était prêt à fournir mais aussi le courage dont il faisait preuve en acceptant de faire affaire avec Kazuki, et donc le risque de se mettre à dos la vice présidente du conseil !! Aussi, pour montrer sa gratitude mais aussi l’affection nouvelle qu’il lui portait, il ne put s’empêcher de lui ébouriffer les cheveux. Il fallait aussi avouer que cela faisait un moment que le senpai en avait terriblement envie, son cousin étant toujours quelque peu décoiffé. A croire que c’était dans la famille !

« Je me sens vraiment chanceux des fois. » dit-il en dévoilant un sourire doux.

Par la suite, il fallut que le jeune homme parle d’une chose qui allait sans aucun doute créer des malentendus à son sujet : les shoujo. Un exemple à prendre quelque peu étrange voire douteux pour quelqu’un de la gente masculine.

« Ne dis pas cela voyons ! Je suis sûr que quelque part, une belle demoiselle t’attend, toi, son prince ! Le temps des mecs parfaits des contes de fées est révolu ! D’ailleurs c’est souvent le grincheux qui a droit à la main de la princesse maintenant dans ces hist- … Qu’est-ce que je raconte encore moi ?! … » finit-il par dire en plaquant sa main sur sa bouche, les joues en feu et en détournant le regard.

Gêné comme tout, Kazuki tenta de s’expliquer mais son cousin semblait prendre un malin plaisir à le taquiner.


« Pas … Pas du tout ! Je me débrouille bien tout seul ! … Mais … il n’empêche qu’on devrait en prendre de la graine ! » dit-il à voix basse après un temps de pause, toujours gêné.

Ces histoires à l’eau de rose, ces contacts physiques répétés ... il était de toute évidence nécessaire à Kazuki de faire une pause et de reprendre des forces avant qu’il ne détruise à jamais son image sérieuse du senpai, si ce n’était pas déjà fait. Il espérait ne pas croiser Eva dans cet état, celle-ci le réprimanderait sûrement d’avoir à nouveau pris ses examens à la légère. En fin de compte, il était plutôt heureux d’être tombé sur Yuuki et pas quelqu’un d’autre. Il avait l’impression que peu importe le niveau de sa folie, il pouvait se permettre d’exploser devant lui tout sans pour autant vouloir se suicider juste après. Non pas qu’il ne se sente pas extrêmement embarrassé à chaque délire, mais au moins il pouvait en rire avec son cousin. Cette seule pensée lui donnait envie de sourire, mais ce dernier se transforma vite en une bouche gonflée, signe de son mécontentement de rester dans l’ignorance.
La petite bataille terminée, Kazuki réussit à sauver son cliché. Il ne mit pas longtemps à faire le lien entre la condition imposée et la photo. Cette tension qui régnait entre ses deux cousins l’avait toujours tracassé. Ayant des relations familiales plutôt catastrophiques, il n’était pas vraiment en mesure de les aider et ne savait pas non plus comment s’y prendre. Ce n’était pas pour rien qu’il n’avait jamais réussi à approcher Yuuki, ce dernier semblant éviter Jun et lui par la même occasion.
Son visage peiné changea très vite d’expression lorsqu’il entendit la deuxième requête de son cousin.


« Ne t’inquiète pas tu auras ça dès demain… » réussit-il à articuler, sous le choc, les yeux grands ouverts en récupérant son engin.

C’est à ce moment qu’une de ses mains vint couvrir son visage devenu rouge. Il laissa alors échapper un « ouah … je ne m’y attendais pas à celle –là … ».

« Désolé … C’est juste que c’était beaucoup trop … Mignon ? » dit-il en réprimant difficilement un éclat de rire en plaquant sa main sur sa bouche.

Amusé par ses propres paroles, le président du club aurait voulu qu’une demoiselle passe par là. Il était sûr qu’elle aurait perdu la tête ou qu’elle aurait une crise cardiaque en voyant et en entendant Yuuki. Encore sur son petit nuage, Kazuki mit cependant du temps à se rendre compte de son état physique …


« J’aimerais tellement te prendre dans mes br- … mmh te décoiffer ! Si seulement j’arrivais à me lever … AH ! … Tiens, je vois double c’est marrant … » dit-il la tête penchée sur le côté.

Son manque de sommeil avait apparemment fini par le rattraper. Aussi, il ne fallut pas longtemps au jeune homme pour sentir ses paupières s’alourdir. Il s’efforça de rester éveillé, ce n’était pas tous les jours qu’il pouvait passer du bon temps avec Yuuki ! Soudain, le noir complet. Kazuki tomba à la renverse et finit allongé à nouveau dans l’herbe.


« Yuuki … » murmura-t-il dans son sommeil, un sourire aux lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuki Ashiya

avatar

Nombre de messages : 40
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Jeu 5 Aoû 2010 - 17:01

[Félicitations pour tes bons résultats !!! Du coup je reviens avec du retard, j’ai eu le temps de tomber malade durant les vacances d’été, et de galérer avec les inscriptions pour l’année prochaine…^^’]

Discrètement une complicité nouvelle semblait s’installer entre les deux cousins, ainsi Yuuki avait déjà promis d’aider Kazuki en cas de problèmes. Cela impliquait qu’ils allaient se revoir, chose contrariant les résolutions du jeune vice-président de ne pas s’impliquer dans le cercle de Jun. Parce que le président du club de photographie se grattait le crâne, le visage devenu rouge pivoine, il ne devait pas avoir remarqué l’angoisse soudaine qui traversa le regard de Yuuki. Durant un instant, il s’était laissé aller à la crainte d’être lui aussi attirer par son frère. Avant de sentir qu’on ébouriffait ses cheveux, son visage avait repris un sourire normal. Il commençait presque à s’habituer aux traitements que le prodiguait Kazuki.

"Tu dois l’être, et moi je suis décoiffé maintenant. Les professeurs vont encore me faire des remarques" dit-il en faisant de vains efforts pour donner à sa chevelure une allure décente.

L’air faussement exaspéré de Yuuki ne pouvait pas tromper grand monde. Ses cheveux ne tenaient jamais en place que ce soit avec ou sans aide d’une personne pour les ébouriffer. Toutefois, il était vrai que le jeune homme recevait régulièrement des commentaires sur sa coiffure de la part des professeurs. Un jour Mikael l’avait aidé à les fixer à l’aide d’un gel hautement résistant, mais en voyant sa tête une fois le travail terminé, Yuuki s’était dit qu’il s’agissait d’une mauvaise blague. Avec plus de gel que de cheveux, il s’était trouvé l’air ridicule, tandis que le fils Harukaze se pliait de rire.

"Tu as l’air d’un spécialiste en shoujo "
commenta le jeune homme avec un sourire espiègle.

Yuuki continuait à taquiner son senpaï, alors qu’il se demandait si ces livres ne pouvaient pas lui en apprendre un peu plus sur la façon de penser des filles. Il ne se voyait pas vraiment en demander l’emprunt à Jake. Qu’elle possède ce genre de manga lui paraissait d’ailleurs peu probable. Et puis il n’était pas question qu’il se fasse surprendre par Tsuki ou Mikael, le premier le regarderait bizarrement un instant avant de dire un truc du genre « Chacun ses goûts », le second ne finirait pas de se moquer de lui. A dire vrai, Yuuki ne savait pas quelle serait la pire réaction des deux. D’un autre côté, que son cousin en lise ne lui donnait qu’une envie fuguasse de le taquiner. Ce n’était pas comme s’il allait se mettre à le regarder différemment.


"Je suppose que je ne peux pas vraiment juger, puisqu’après tout, c’est toi qui de nous deux a une petite amie. "

Enfin, son sourire et son air compréhensif c’était avant que Kazuki ne le prenne par surprise et ne lui fasse la pire menace de sa vie. Sans pouvoir se contrôler, le jeune homme finit par agir comme un gamin capricieux. Alors qu’il s’apprêtait à prononcer un timide merci de se voir accorder un exemplaire de la photo compromettante, il s’interrompit en voyant le visage de son cousin. Celui-ci ne tarda pas de lui faire ouvrir les yeux ronds de surprise quand il se retint de rire. Puis la rougeur revint légèrement sur les joues, tandis qu’il regardait anxieusement vers tous les côtés, afin de s’assurer que personne ne les observait.

"Ce n’est pas drôle…"
se plaignit-il, en refusant d’affronter le regard de l’autre jeune homme.

Contrairement à l’effet mature qu’il voulait donner en temps normal, son attitude ne le faisait paraitre que plus enfantin. Les derniers mots de son cousin ne firent que le faire rougir un peu plus d’embarras avant qu’il ne comprenne que quelque chose n’allait pas.


"Kazuki ?!" appela t’il en fixant soudain le corps affalé du président du club de photographie.

Yuuki fut soulagé quand il constata que seul le sommeil était responsable de cet état. Il s’était inquiété pour rien, le jeune homme ne faisait que dormir. Quelque part, il se demandait si leurs rapports seraient différents une fois son senpaï bien réveillé. Et si son état de fatigue lui faisait regretter ses actes, regretter d’avoir agit aussi familièrement avec un inconnu ? Un frisson d’angoisse parcouru le jeune homme. Et comme pour répondre à sa question silencieuse, il l’entendit prononcer son prénom avec un sourire. Finalement, s’inquiéter n’apporterait rien de bon, il verrait bien le moment venu.

Après avoir retrouvé le sourire, et s’être retenu de dessiner sur la figure endormie, le jeune homme alla chercher des boissons. L’ennui c’était de ne pas savoir ce qu’aimait son cousin, il prit donc des canettes de jus de fruits emplis de vitamines, ce qui lui semblait approprié dans le cas présent. Par chance, il n’avait pas oublié son porte monnaie dans son sac qu’il avait laissé prés de la silhouette assoupie. Revenir lui prit plus de temps que prévu parce que Yuuki rencontra plusieurs élèves qu’il connaissait en chemin. A son retour, il constata que le corps de Kazuki n’avait pas vraiment changé de position.


" Est-ce qu’il a l’intention de dormir toute l’après-midi ? " se demanda-t-il en fronçant les sourcils.

Après un soupir, et avoir finit presque d’un trait sa canette, le jeune homme s’allongea sur le sol, ni trop loin, ni trop prés. Il s’était positionné sur le côté en souhaitant avoir éteint son téléphone portable. Les cours de cet après-midi ne lui donnaient pas très envie, et sa rencontre avec Kazuki l’avait curieusement vidé de ses forces. Je ne pense pas qu’il se rendit véritablement compte quand son esprit parti vers les royaumes des rêves.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Kazehaya
_______________________
_______________________
avatar

Nombre de messages : 220
Age du personnage : 27 ans
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Sam 7 Aoû 2010 - 16:57

[Malade en été, quelle galère !! ... J'espère que tu vas mieux ! De mon côté, j'ai tenté de faire ce que j'ai pu pour ma réponse. Comme tu le verras, ça ne fait pas beaucoup avancer mais j'ai essayé de te laisser un maximum de possibilités, notamment pour sauver Yuuki...! J'espère que ça t'ira ^^' ...]

Tout à fait à l’aise, Kazuki cherchait d’autres moyens que les câlins pour montrer son affection à son cousin, et la seule chose qu’il ait pu trouver qui n’attirerait pas les regards était de décoiffer son cadet. Il avait beau avoir lui-même du mal avec ses cheveux, ceux de Yuuki étaient plus qu'impressionnant.

« Je t’arrange ça ? » proposa-t-il, un sourire espiègle aux lèvres.

Mieux valait refuser bien sûr, car il était impossible de prévoir ce qu’allait devenir la tignasse du jeune homme après être passée entre les mains d’un sous doué tel que Kazuki. Il fallait tout de même qu’il soit présentable ! Comment allait-il faire effet à la gente féminine sinon ? D'ailleurs les mangas pour jeunes filles se révélèrent être de bons manuels d’apprentissage ! Mais mieux valait ne pas en abuser... Aussi, Kazuki se promit d’échapper à la tentation la prochaine fois qu’une camarade de classe lui présentera un tome, ses allusions à ces œuvres devenant de plus en plus fréquentes … Il n’avait aucune envie de se ridiculiser devant des camarades de classe, déjà qu’il passait pour un élève étrange avec son pseudo dédoublement de personnalité ! Yuuki profitait d’ailleurs beaucoup de l’occasion pour rendre le pauvre Kazuki encore plus gêné par ses références.


« Tu vas la trouver tu vas voir ! Mon instinct me le dit et il ne se trompe jamais, enfin presque ! J’emprunterai des shoujos aux filles si tu veux de quoi étudier ! » dit-il, s’amusant à nouveau avec les cheveux de son cousin.

Il fallait bien qu’il s’empêche de le prendre dans ses bras! Par la suite, les réactions de Yuuki ne finirent pas de le surprendre. D’abord prêt à tout pour détruire le cliché, le vice président voulait à présent une copie ?! Rien de plus choquant et déboussolant pour le président du club de photographie. De plus, la seule chose que Yuuki trouva à dire le rendit encore plus ‘malade’ mentalement. Il était difficile pour lui d’encaisser tout cela. Il avait même l’impression d’être aveuglé par des rayons émanant de son cousin. Le mot ‘mignon’ dans plusieurs langues et ses synonymes flottaient autour de jeune homme. Il n’y avait pas à dire, son état était plus que critique. Cela se refléta dans son air niais puis sa vision et enfin sa chute.
Profondément endormi, Kazuki eut l’impression d’être resté éveillé, en compagnie de son cousin. Dans son rêve, il avait l’autorisation de lui faire des câlins et il ne se gênait pas pour s’exécuter. Il fut soudainement rejoins par Jun, qu’il prit dans ses bras aussitôt. Yuuki de son côté avait disparu. Contrarié, il sortit automatiquement de son coma pour s’apercevoir que le dit disparu dormait à ses côtés. Drôle de rêve, assez représentatif de la réalité en y réfléchissant bien.. Jetant un coup d’œil à sa montre, il put constater qu’il avait quitté la réalité pendant près de quatre heures. Déshydraté, il s’empara de la canette laissée par Yuuki. La boisson n’était plus tout à fait fraiche mais cela suffisait amplement à le revigorer. L’envie de remercier son cousin le prit, cependant le réveiller était hors de question. Il se rapprocha donc de lui, son sérieux retrouvé, et s’empara de son appareil photo diabolique. Le soleil disparaissait peu à peu dans l’horizon. Ses rayons illuminaient Yuuki qui dormait paisiblement et lui donnèrent des airs d’ange. Le mot ‘ange’ le fit d’ailleurs sourire, à croire que chaque membre de la famille devait à tout prix avoir quelque chose d’angélique ou divin. Des élèves passant par-là ne manquèrent d’ailleurs pas de fixer un certain temps le ‘beau au bois dormant’ avant de passer leur chemin, chamboulés par le spectacle. Le travail de Kazuki donna un résultat plutôt réussi puisqu’on y vit son sourire le plus chaleureux et le visage endormi de son cousin sur une première photo, puis l’ange seul illuminé par les rayons du soleil sur une 2ème. Imaginer la réaction de Yuuki lorsqu’il recevra non pas une photo mais plusieurs le faisait déjà rire. Kazuki profita aussi du sommeil de son cousin pour lui tirer les joues et pincer le nez, guettant les réactions du jeune homme endormi.
Ayant déjà des souvenirs du beau visage de son cousin, il décida de lui faire subir un relooking et demanda à une passante si elle ne possédait pas un feutre, ainsi que son nom et sa classe pour pouvoir le lui rendre. Cependant la demoiselle sembla s’être méprise sur les intentions de Kazuki …


« Pour information je ne te drague pas ! J’ai juste besoin d’un feutre pour une certaine raison que je préfère ne pas te dévoiler donc ça m’arrange de te rendre ton feutre plus tard, c’est tout ! » dit-il sérieusement et calmement avant de revenir vers le corps inerte de Yuuki à grand pas.

A ce moment, Kazuki fut heureux d'avoir récupéré un minimum d'énergie, cela lui permettait de mieux contrôler ses émotions et réactions. Si cela était arrivé 4 heures avant, il aurait sûrement viré au rouge pivoine de suite ... Yuuki l'avait épargné mais ce dernier n’allait pas être aussi généreux, la tentation étant beaucoup trop forte. Juste avant que le feutre ne touche la joue du pauvre Yuuki, le président du club de photographie eut un gros doute. Qu’allait-il bien pouvoir faire subir à ce visage ? Des moustaches ? Des yeux de panda ? Dessiner des yeux sur ses paupières et épaissir ses sourcils ? Tant d’options aussi tentante les unes que les autres … En pleine réflexion, Kazuki avait bien du mal à remarquer ce qu’il se passait autour de lui. Yuuki aurait très bien pu se réveiller, il ne l’aurait même pas vu. Optant pour les yeux de panda, il approcha à nouveau son feutre du visage de sa victime, plus concentré que quiconque.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuki Ashiya

avatar

Nombre de messages : 40
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Dim 8 Aoû 2010 - 23:51

[Arg…Un nouveau coup de froid la nuit, et hop ma gorge m’annonce les prémices d’une nouvelle maladie…à croire que je suis maudit cet été... Oui merci pour les possibilités. J’aime ton post, il m’a amusé...]

La coiffure, un grand mot pour Yuuki, qui équivalait à une étape diabolique de la journée puisqu’il ne parvenait jamais à se satisfaire pleinement. Fins, ses cheveux s’amusaient à glisser derrière ses coups de peigne et à se redresser dans le sens qui leur plaisait. Toutefois, cela faisait bien des années que le jeune homme avait abandonné cette cause, et cessait d’espérer une meilleure tenue. Même si cela ne l’empêchait pas de tester de nouvelles idées quand il en découvrait.

"Je crois que je vais me passer de ton aide, c’est plus sûr" après avoir réfléchit un instant, il préférait suivre son instinct face à se sourire espiègle et refuser poliment.

Ce qui ne l’empêcha pas de sourire à son tour d’un air entendu, il imaginait aisément les cheveux de Kazuki tout aussi difficile à coiffer que les siens. Ce trait devait être de famille. Et la coiffure de Jun alors ? Lui posait pour des photos de mannequin, coiffé par des professionnels. Yuuki voyait mal son frère se coiffer tout seul. Peut être demandait-il de l’aide chaque matin ?

*Mais pourquoi je pense à lui ? Je suis obsédé par mon grand frère où quoi ?!* se demanda le jeune homme en se prenant la tête dans les bras, en signe d’exaspération.

Certains jours, Yuuki aurait bien voulu se cogner la tête contre un mur, histoire de vérifier que des étoiles voleraient autour d’elle et non des petits Jun. Jamais, il ne pourrait admettre à voix haute les pensées qui le hantaient, et encore moins devant son cousin. Le savoir si proche lui donnait l’angoissante pensée que Kazuki pouvait lire dans son esprit quand celui-ci était empli de son aîné. C’était la raison pour laquelle parfois le jeune homme évitait de regarder son senpaï dans les yeux, afin de bloquer la lecture de ses faiblesses.

"Cela ne m’inquiète pas vraiment…je ne sais pas si je serais prêt à me lancer dans une relation, donc je verrais plus tard pour les lectures " répondit-il avec un sourire désolé.

*Je ne peux pas encore me préoccuper de l’amour, tant que je pense toujours à mon grand frère * était ce qu’il n’oserait jamais dire, même à lui-même.

La conversation finit par devenir embarrassante pour Yuuki, qui fut flashé, puis appelé « mignon ». Ce n’était pas vraiment le descriptif rêvé pour un garçon, loin de là même. Le seul autre élève de lycée, dont il avait entendu dire qu’il était mignon, était Jun Ashiya. La comparaison se faisait donc fatale dans cette rencontre avec son cousin. Les diverses traductions du mot « mignon, kawaï, cute,… » voletaient autour de lui comme une menace, et ne le rendait que plus gêné.

Court repos, Kazuki finit par s’endormir permettant à Yuuki de faire un tour en direction des boissons. Son entretien avec le président du club de photographie devenait plus long que prévu, bientôt il déborderait même sur son cours de littérature. Parce qu’il avait déjà finit le livre et ses fiches de lecture, mais surtout qu’il préférait rester un peu plus de temps avec son cousin, le jeune homme décida de sécher, chose qu’il ne faisait pas habituellement. Etre dans la même classe que le président du conseil des élèves, et en même temps se tenir à la place qu’était la sienne, ne permettait pas au jeune homme de jouer souvent les rebelles. D’ailleurs, il n’avait rien à voir avec le genre de Mikael Harukaze, qui le féliciterait de son absence.

*Pourquoi ai-je choisi de revenir déjà ?* se demanda t’il en constatant que son cousin dormait toujours à poings fermés.

Il observa un moment l’endormi qui avait l’air si calme et « normal » une fois plongé dans le sommeil. Rien à voir avec le senpaï qui se permettait d’accrocher Yuuki alors qu’ils ne se connaissaient à peine. Pourtant, ils étaient cousins, et peut être que ce lien de sang impliquait qu’ils doivent bien s’entendre. Mais la vision de Kazuki partageant la vie de Jun Ashiya, refroidissait la sympathie que le jeune homme ressentait envers le gars assoupi. Bien qu’il ait tout fait pour l’ignorer, le vice-président des élèves avait cru comprendre que les deux cousins partageaient la même chambre.

" J’envie ses cheveux bruns…" murmura t-il pour lui-même avec un sourire rêveur.

Après avoir descendu sa propre canette, il ne trouva rien de mieux à faire que de s’étendre et de fermer les yeux juste quelques instants. Sans surprises ses pensées amenèrent des rêves de famille, durant lesquels Yuuki jouait toujours son rôle de messager et de médiateur. En retrait, presque invisible, il amenait les autres à parler entre eux en sachant se faire oublier. C’était une position normale pour quelqu’un d’aussi ordinaire que lui. Il sentit qu’on lui tirait les joues, puis qu’on pinçait son nez. Après avoir chassez l’importun d’une main, son esprit identifia cette farce au visage sérieusement agacé de sa sœur, à qui il répondit en parlant dans son sommeil.

"Kaori-nee, il n’est pas question…je…parle…à Jun" étaient à peu près les mots que l’on pouvait entendre soupirés par ses lèvres, révélant par inadvertance la différence de sentiments qu’il entretenait pour sa sœur et pour son frère.

Tandis que Kazuki draguait, euh non, cherchait de quoi relooker notre petit Yuuki, ce dernier commençait à croiser son cousin au royaume onirique. De loin, il reconnaissait ses cheveux bruns et sa silhouette fatiguée, mais plus il se rapprochait plus son senpaï semblait s’éloigner. Quand le jeune homme comprit enfin ce qu’il se passait, un point dans sa poitrine le fit souffrir douloureusement. Aux côtés de Kazuki se tenait Jun, peu importe ce que faisait le vice-président du conseil, il ne parviendrait pas à le rattraper.

Plusieurs choses se passèrent au moment où le terminal approchait son crayon du visage endormi. Tout d’abord, les sourcils du jeune homme se contractèrent brièvement avant que le coin de ses yeux ne se mette à briller. Sa voix claire mais attristée appela vainement "Kazuki ?! ". Ses doigts se serrèrent dans sa main comme s’il tentait de retenir quelque chose sans y parvenir. Et enfin, le mobile de Yuuki sonna aux airs de Jrock pour ensuite le réveiller. Dans les brumes d’un sommeil superflu, le jeune homme bougea en sentant quelque chose de froid tracer un trait sur son visage. Le temps qu’il comprenne ce dont il était question, ses mains essuyèrent discrètement le coin de ses yeux, éradiquant ce qu’il ne voulait pas montrer comme si cela effaçait ses rêves en même temps que ses pensées intimes.

Doté d’un trait le long de la joue, le vice-président des élèves jeta un regard noir à son senpaï comme s’il avait affaire avec un élève de primaire. Sa façon de dire "Kazuki" avait cette fois-ci quelque chose de beaucoup plus menaçant. Alors qu’il s’apprêtait à ajouter un commentaire, le mobile sonna encore une fois, ce qui eut l’effet de changer instantanément l’expression du jeune homme. Son allure de chef des réprimandes s’était envolée comme ce qu’elle était en réalité, un moyen de rendre la pareille aux envies de blagues du président du club de photographie. Quand il décrocha, Yuuki prit un air soucieux et écouta un bon moment ce qu’on lui demandait. Il hésitait à répondre, bien qu’il était du genre à aider les autres, le jeune homme avait l’impression de dire quelque chose de compromettant.

"…hum…c’est un stage de pâtisserie que j’ai fait l’an dernier, mais je ne pense pas être de niveau pour le service dans une pizzeria, même un petit restaurant familiale…" un silence suivi, parce que visiblement on cherchait à convaincre l’auditeur, puis il céda "C’est d’accord je le ferais… mais Jake, tu ne devrais pas être en cours à cette heure là ?"

Etrangement sa question n’eut jamais de réponse puisqu’on lui raccrocha au nez. L’air un peu dans le vague, Yuuki rangea son téléphone. Il venait d’accepter de vendre ses pâtisseries dans un restaurant, et déjà le stress de la tâche le faisait trembler. Son esprit revint alors à Kazuki, qui représentait une autre de ses sources d’angoisse, sa famille.

"Désolé, c’était rien ! " commenta-t-il en se frottant nerveusement les cheveux, offrant rien d’autre qu’un sourire angoissé à son cousin.

Le jeune homme n’avait pas envie que son senpaï s’intéresse à cette affaire de plus près. Après tout, cela faisait partie des choses qu’il aimerait garder pour lui. Personne ne devait se demander la raison qui l’avait poussée un an plus tôt à effectuer un stage de pâtisserie, lui-même en premier.

" Kazuki-chan, ça te dirais si on faisait un truc ensemble un de ces jours ?! Il faut bien que je te rende la pareille pour ce superbe trait dont tu as décoré ma joue. " répliqua-t-il pour changer de sujet en tentant de sourire avec enthousiame.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Kazehaya
_______________________
_______________________
avatar

Nombre de messages : 220
Age du personnage : 27 ans
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   Mer 11 Aoû 2010 - 19:18

[Tu n'as vraiment pas de chance à ce que je vois !! J'espère que ça n'a pas empiré ... Dans tous les cas bon rétablissement !]

N’étant pas autorisé à ’arranger’ les cheveux de son cousin, Kazuki se mit à bouder en gonflant ses joues à bloc, si bien qu’il finit par avoir l’air d’un hamster géant. Quelque peu inquiété par le geste agacé de Yuuki, il resta cependant silencieux, décidé à faire la tête jusqu’au bout. Cela ne l’empêcha néanmoins pas de lui jeter des coups d’œil toutes les cinq secondes, ce qui était largement assez pour montrer à quel point il se retenait de parler.
Sa tentative pour amener Yuuki à lire des shoujos fut infructueuse pour son plus grand malheur. Ce n’est quand faisant face à ce refus qu’il se rendit compte qu’il souhaitait ne plus être le seul à lire de telle œuvres. Quel bonheur cela aurait été « d’apprendre » avec quelqu’un d’autre, qui plus est son cousin ! Mais après réflexion, Kazuki préféra ne pas entrainer son cousin dans le côté obscure, lui-même y ayant été entrainé par ses camarades de classe.


« Si un jour tu as besoin de conseils, viens me voir avant d’allers vers les shoujos ! C’est comme une drogue ces trucs, une fois que tu as commencé, tu ne peux plus t’arrêter … » dit-il en connaissance de cause.

Affaibli par sa lutte pour conserver sa photo, Kazuki ne mit pas longtemps à divaguer et rejoindre le monde des rêves, les réactions de son cousin lui ayant porté le coup de grâce. Ce fut inconscient qu’il fut confronté au seul problème qui l’empêchait d’obtenir sa fin de compte de fée : la relation entre ses deux cousins. D’habitude, Kazuki tentait d’oublier ce ‘petit détail’ du mieux qu’il pouvait afin de profiter des instants passés en compagnie de Jun comme de Yuuki. Mais la dure réalité allait un jour au l’autre le frapper de plein fouet et son rêve lui fit réaliser la gravité de la situation. Réveillé brusquement, son mauvais rêve lui avait laissé un air à la fois accablé et fâché. En y réfléchissant bien, le sujet ayant toujours été sensible, il n’avait jamais essayé d’en parler avec son colocataire et maintenant qu’il se retrouvait avec l’autre personne concernée, il restait incapable d’articuler quoique ce soit. Ressentant le besoin de s’hydrater, Kazuki resta longtemps la bouche collée à sa canette, bien qu’il ne buvait pas toujours. Il se mit bientôt à mordiller le bord de la canette, tentant de se débarrasser de ses angoisses. Mais il finit par trouver de meilleures façons de le faire, à commencer par jouer avec le visage de son cousin.
Surpris par les paroles du garçon endormi, le senpai resta d’abord bouche bée, tout d’abord parce qu’il avait été pris pour une demoiselle, qui plus est sa cousine, puis parce que ce fut la première fois qu’il entendit Yuuki prononcer le nom de Jun. Intrigué par la réaction de son cousin, Kazuki tenta le tout pour le tout et joua le rôle de Kaori. Avec un peu de chance, il obtiendrait des aveux et comprendrait peut-être mieux les sentiments de son cousin… Il était cependant difficile de se faire passer pour quelqu’un, aussi il se contenta d’une question directe.


« Et pourquoi pas ? » murmura-t-il tristement.

N’attendant pas vraiment une réponse de la part d’un gars dormant à point fermé, il continua de décoiffer Yuuki. Très vite, l’envie de tout oublier le reprit, ce qui l’amena à se retrouver devant le visage de son cousin, à réfléchir à quoi lui faire subir, le feutre à la main. Cependant, la façon dont le jeune homme endormi prononça son nom l’étonna. Figé sur place, il ressentit comme une douleur dans la poitrine. C’est alors qu’une sonnerie retentit, ce qui le déstabilisa en un rien de temps. La pointe du feutre qui était tout près du visage de la victime finit par prendre une trajectoire inattendue, ce qui laissa une longue marque noire sur sa joue. Encore abasourdi, Kazuki cherchait un moyen de rassurer son cousin et excluait d’office câlins et compagnie. Trop tard cependant car à présent bien éveillé, le ton du jeune homme avait totalement changé, ce qui effraya le président du club de photographie qui sentit une aura meurtrière émaner de son cousin.


« Je t’assure que je ne l’ai pas fait exprès ! C’était censé être … plus … beau … ? » dit-il pétrifié.

Une deuxième sonnerie le sauva alors juste à temps des griffes du vice président et ce fut avec beaucoup d’intérêt qu’il le fixa et écouta la conversation de ce dernier. Le fameux stage de pâtisserie éveilla sa curiosité. Il était aussi évident que Kazuki ne laisserait pas passer quelque chose d’aussi intéressant. Néanmoins ce fut la fin de la phrase qui l’interpella le plus.


« Maintenant que j’y pense, mon professeur de philosophie va m’égorger … C’est le cinquième cours d’affilé que je rate … » dit-il d’un ton grave.

Ce n’était pas sa faute, après tout, son professeur de physique prenait un malin plaisir à lui coller des interrogations toutes les semaines, le même matin, juste avant la philosophie ! Les habitudes du jeune homme le rendait incapable de suivre les cours toute une journée après une nuit blanche et quatre heures d’évaluation intense …
Yuuki lui rappela ensuite soudainement son ‘crime’. Gêné, Kazuki se frotta la tête, tentant de se persuader que ce rendez-vous n’était pas du tout une revanche. Il se rendit ensuite compte que son cousin acceptait de le revoir et de son plein gré en plus ! Cela suffit à balayer tous les soucis de Kazuki une bonne fois pour toute, du moins pour la journée ...


« Un rendez-vous galant ? Ca me tente bien moi … » dit-il un sourire espiègle aux lèvres.

La folie, que l’on pouvait déceler à des kilomètres quelques heures avant chez Kazuki, avait complètement disparu. Cela laissa place à un jeune homme tout aussi fou mais le cachant nettement mieux, de par sa tenue, son comportement, le ton qu’il adoptait mais surtout son sourire autrefois niais devenu presque angélique.


« Mais tout d’abord, il me faudrait ton numéro ! » dit-il sur un ton presque séducteur.

Kazuki contenait sa folie, autrement on l’aurait vu rougir en une fraction de seconde puis prendre Yuuki dans ses bras. Au moins avec le Kazuki reposé, il n’avait à craindre que pour ses cheveux !


« Au fait, merci pour la boisson ! Je te rembourserai en onigiri. » dit-il en torturant à nouveau les cheveux de son cousin, « Oh ! Et il faudrait nettoyer cette marque sur ta … Oups … » dit-il en lisant les inscriptions sur le feutre.

La raison de son interruption était bien simple et allait lui valoir sa décapitation car oui, le feutre était en fait indélébile. Sentant la pression monter, Kazuki craignait pour sa vie, ce n’est qu’alors qu’on put le voir avoir du mal à contenir sa peur.


*Qu’est-ce qui lui a pris à cette fille de me filer un feutre indélébile …*

« J’ai entendu dire qu’avec du vinaigre ça partirait ! Sinon on peut toujours camoufler avec un pansement ou … du Tipp-Ex ? … Heureusement que j'ai raté mon coup sinon tu aurais eu la tête d'un panda ... » dit-il tentant de se rassurer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quel Choc! Penser à Kazuki...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quel Choc! Penser à Kazuki...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et ... Quel Choc ! [Pv Kenji]
» Ne pas savoir quoi penser, quel ennui ! [PV]
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Quel sport faite vous?
» Quel anime voudriez vous nous faire découvrir?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Von Einzbern :: Sujets 2012-2013-
Sauter vers: