Académie Von Einzbern

Un forum d'écriture rpg concentré en bonne humeur.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Luthias MacOidhche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Luthias MacOidhche   Ven 3 Aoû 2007 - 0:39

Nom: MacOidhche

Prénom: Luthias

Surnom : Lulu par sa sœur jumelle, Le Joli Seigneur par leurs serviteurs.

Age: 16 ans

Classe: Première A

Appartenance à un club: Club de Chant, et d’équitation

Caractère: Il a un caractère un peu spécial, qui ne correspond pas vraiment à son physique. Extraverti, il va facilement vers les autres. Il aime blaguer avec ironie sur des sujets sérieux, ce qui ne fait pas rire tout le monde, mais il n’en a cure. Il est fidèle en amitié, et se retrouve souvent adoré ou détesté. Il de bonne humeur la plupart du temps, mais lorsqu’il boude il a tendance à le faire savoir, et agit comme un gosse. Il répond facilement à la provocation, et ne se laisse jamais marcher sur les pieds même si son adversaire est plus fort que lui, ce qui l’entraîne parfois dans des situations assez embêtantes. Il est rêveur, fantaisiste et espiègle, et prenant toutes les situations avec humour, quoique ses blagues, considérées comme "foireuses", ne fassent pas toujours rire ses amis. Il est très gourmand et peu avaler une quantité de nourriture sans grossir d’un poil.

Il aime s’amuser et faire des choses folles. Il aime ce qui sort de l’ordinaire, le quotidien l’ennui. Il est doué en classe, mais surtout en art et en langues. Détail étrange, il est sorti avec un grand nombre de fille, malgré les rumeurs qui courent sur sa sœur et lui. Il aime la neige tombant du ciel. Il aime également l’hiver, et lorsqu’il fait froid ou frais parce que cela lui fait une bonne excuse pour se coller contre quelqu’un. Il est tactile, très câlin même, il aime beaucoup le contact avec autrui et les caresses, cela le fait sentir en vie, il cherche toujours d’ailleurs de tels contacts auprès de sa sœur. C’est un garçon qui a besoin de se sentir aimé, important pour quelqu’un. Ses propres sentiments sont toujours assez incertains, et ils changent souvent, sauf en amitié. Il adore qu’on lui caresse les cheveux, et c’est limite s’il ne ronronne pas comme un petit chat. Il ne supporte pas se retrouver seul, et si cela arrive il a l’air un peu perdu. Il aime chanter, et passe beaucoup de temps auprès des chevaux qu’il adore. Il aime se coller à sa monture et respirer son parfum fort, sentir sa douceur et sa force contre lui. Il adore l’équitation, et en pratique depuis même avant qu’il ne sache marcher. Son aliment préféré est la fraise, il aime tout ce qui en a le goût et n’y résiste jamais.

Physique : Il a un physique, et un visage qui donne l’impression qu’il est très timide, et renfermé. Il a la peau assez clair, mais qui devient vite légèrement mate au soleil. Il a un visage fin et doux, assez fragile et enfantin. Il a de grands yeux verts, les mêmes que sa soeur, des cheveux sombres (noir aux reflets violets), et courts. Il a un petit nez, et de fines lèvres. Il est de taille moyenne, juste un peu plus grand que sa sœur. Il est svelte, et a une taille bien marquée pour un garçon. Il a des jambes et des cuisses fines, et assez musclées par l’équitation (enfin les abdos aussi travail au passage). Ses bras sont également fins. Il a de jolies mains, qu’il aime montrer et mettre en valeur. Il a un cou fin, lequel est paré d’une chaîne fine en argent portant un pendentif (en forme de loup enroulé sur lui-même) du même métal qui encercle un petit rubis rouge sombre (c’est l’œil du loup). Il est imberbe, ce qui ne le dérange pas pour le moment, mais cause quelques moqueries.
Concernant sa voix, elle est assez spéciale pour un jeune homme de son âge. Il n’a pas vraiment mué en passant de l’enfance à l’adolescence. Sa voix ressemble donc à celle d’un enfant, tout particulièrement lorsqu’il chante, elle est douce et juste. Ses camarades qui ne le supportent pas lui disent qu’il a une voix de fille, mais cela ne le touche pas particulièrement.


Histoire:

Le nom de famille Mac Oidhche signifie ‘fils de la nuit’, ce qui leur correspond parfaitement. C’est un clan très ancien, mais qui a toujours été très discret. Ils pratiquaient la plupart de leurs activités de nuit, à l’ombre de regards indiscrets. Même la guerre, il la faisait lorsque le soleil se couchait, leur capacité à dominer l’obscurité, à s’y repérer et déplacer sans bruits leur donnait un grand avantage. A force de vivre plus le jour que la nuit, suivant une ancienne légende qui les destinait aux ténèbres de la nuit, ils reçurent la réputation de vampire. Leur habitude de boire un alcool de la couleur du sang, ne fit qu’abreuver la légende. Ce breuvage qu’ils appelaient Erwin, était consommé à flot durant les fêtes, et avait un petit effet aphrodisiaque. Autant dire que les fêtes étaient très productrices de bébés. Les naissances suivaient donc pour la majorité, les neufs mois après les grandes fêtes du printemps, c'est-à-dire durant l’hiver. Ceci favorisait la survie des nourrissons les plus résistants, et on pensait que cela améliorait la pureté du clan. La famille aimant la nuit, et l’hiver qui signifiait pour eux leur renaissance, était souvent considéré comme un peu décalée des autres. Comme tout autre clan, celui de cette famille connu une période de gloire, où on les craignaient comme vampires de la nuit, puis cela passa, et ils retournèrent dans l’ombre.

Une légende du clan parle d’un jeune couple secret ; un jeune homme de 16 ans, fils de la branche principale était tombé amoureux de sa cousine, âgée de 14 ans. Bien que ses sentiments étaient partagés, son amante se voyait destiné à un mariage de bonne entente avec un autre clan. Ils se voyaient discrètement le jour, période où tous les autres membres du clan dormaient. Ils s’aimaient contre les lois du clan, et contre les intérêts de leur famille. Malgré leur attention grande ils se firent prendre un soir où tardait leur passion. Le clan déshonoré par cette attitude décida de les punirent sévèrement. Le jeune homme fut envoyé à la guerre dans un clan allié, il y mourut en pensant à son amante, guerroyer le jour n’était pas dans le sang des Mac Oidhcle. La promise quant à elle fut tout de même envoyée au clan qui devait l’accepter comme épouse, seulement elle y fut à titre de maîtresse et non d’épouse officielle. Traitée comme une fille de joie par les hauts membres du clan, suivant le désir de son clan de naissance, elle se donna la mort avant même de recevoir la nouvelle de la mort de son amant. Etrange mystère qui fit qu’ils moururent le même jour, ce qui rendit la légende particulièrement célèbre dans le clan. Et c’est la raison pour laquelle, à partir de cette époque on guettait avec inquiétude la naissance de faux jumeaux, un garçon et une fille. Car selon la croyance populaire, de tels faux jumeaux sont les réincarnations d’un couple ayant connu une mort tragique. Certains pensaient même que le couple renaîtrait un jour dans le clan afin de venger.

Des générations vécurent, les unes après les autres, et le clan discret devint de moins en moins nombreux, comme s’ils subissaient une malédiction au nom inconnu. Au cours des siècles, il conserva ses habitudes nocturnes, s’occupant de marchés étranges, et s’enrichissant malgré le manque d’effectif. C’est ainsi que de nos jours, il se réduisit à une famille des plus riches, et plus discrète du monde. Une famille connaissant toujours les mêmes rumeurs que par le passé, et considérée comme une des plus mystérieuses du milieu. Aujourd’hui, elle est connue par quelques connaisseurs très riches, car elle est le seul au monde à détenir une production de leur boisson ancestral, l’Erwin.

Luthias et Rowena naquirent seize ans plus tôt, une nuit de pleine lune en hiver, dans le château familial, transmis de génération en génération dans le clan. Luthias fut le premier à sortir, et comme les jumeaux se retournent avant de naître cela le désignait comme le plus jeune. Les deux enfants grandirent collés l’un à l’autre, ne passant jamais plus d’une minute séparés. Bien entendu, les murmures allaient bon train, malgré les siècles passés, nul n’oubliait la légende du couple malheureux. On surveilla de prés les deux enfants, qui devenaient de plus en plus proches. Lorsqu’ils eurent huit ans, une maladie inconnue et incurable atteignit tous les enfants de la famille, ne laissant qu’eux deux comme sains et saufs. La légende sur les amoureux était dans tous les esprits, mais nul n’osait l’énoncer de peur de paraître ridicule. Les jumeaux semblaient mystérieux même au sein de la famille, disparaissant de leur lit la nuit pour se retrouver on ne sait où. Ils assistaient toujours aux fêtes, et y participaient avec un enthousiasme tout particulier. Ils n’y passaient jamais inaperçu, devenant le centre de toutes les attentions avec un art parfait. La beauté des deux jeunes était reconnue, et adulée par toutes la familles. Leur lien étroit, et ambigu les rendait, en quelques sortes, distants des autres, ce qui donnait à leurs parents l’envie de leur plaire par tous les moyens. Tous le voulaient ? Non, un oncle, un des personnages les plus influent de la famille ne voyait pas les jumeaux du bon œil. Il ne pouvait oublier la légende, et surtout chasser de son esprit que ces deux enfants avaient été les seuls épargnés, contrairement à ses propres fils. De par son charisme, et sa position dans le clan il parvint à imposer la séparation immédiate et définitive des jumeaux. De plus, un événement étrange joua en sa faveur, le jour où on retrouva les enfants avec des draps ensanglantés ; en les examinant leurs nourrissent constatèrent qu’une étrange marque avait été sculptée à l’arme blanche dans leur chair, à l’intérieur du poignet pour la fillette, et à l’intérieur de la cuisse. Le plus troublant était que ce symbole coulait avec la légende des amants, signifiant dans la famille un amour maudit. Ce fut la première fois que Luthias se retrouva sans sa sœur plus de quelques secondes. Il n’en mangea plus, ne buvant qu’à peine. Le regard vide, il observait la route depuis le manoir de campagne, là où il vivait avec son oncle, comme s’il espérait la venue de sa sœur. Trois jours passèrent, et le jeune garçon de 10 ans devenait irrité à toutes heures, réclamant sans cesse attention et caresses. Comme un chaton dont on ne s’occupe pas, il tournait en rond dans la maison, c’était limite s’il ne miaulait pas. La nuit tombait sur le troisième jour, quand on retrouva le jeune homme stoïque, visiblement traumatisé, et statufié par la vue de son oncle mort depuis le début de l’après midi. Les médecins légistes conclurent à une crise cardiaque, et l’homme disparut les jumeaux se retrouvèrent à nouveau ensemble. Après l’incident’, la place de Luthias dans la relation avec sa sœur se confirma, il devenait de plus en plus demandeur de câlins, et ne supportait pas qu’elle s’éloigne de lui à plus de quelques pas. Les plus attendris disaient qu’ils étaient encore sous le choc de la mort de son oncle, les autres pensaient que la malédiction était provoquée par ces enfants.
Environ un an plus tard, ils furent tous deux envoyés à l’étranger, un moyen de se débarrasser d’eux en prétextant les envoyer étudier. Leurs serviteurs les plus fidèles les suivirent, malgré les rumeurs qui ne faisaient que s’amplifier, leur qualité de seuls héritiers attirait les bonnes attentions et grâces d’un bon nombre de personne. Il furent inscris à l’académie Von Einzbern, où on les sépara dans des classes différentes. Le jeune garçon vécu très mal ces premières années, et en resta profondément marqué. Mais cela lui permit de s’ouvrir aux autres élèves, et d’entretenir des relations amicales qu’il ne connaissait pas jusque là. Une année dans la même classe, une année séparée, il commença à s’y habitué, n’hésitant jamais à sortir en plein cours afin d’aller voir sa sœur. Les deux faux jumeaux créèrent vite des rumeurs à leur sujet, mais y étant habitués depuis l’enfance ils s’en souciaient guère. Ces murmures de couloirs n’empêchèrent cependant pas Luthias d’avoir un nombre impressionnant de petites amies durant l’année, parfois même plusieurs sur une seule période. Toutefois ces relations ne duraient jamais plus de quelques semaines, voire même parfois quelques jours. Il se comportait exactement comme un chat, acceptant et ronronnant aux caresses de tous, mais seule sa maîtresse savait quels câlins il préférait…


Autre info: Il entretient une relation plutôt spéciale avec sa sœur jumelle. Les rumeurs les disent amants dans un amour incestueux. Si possible, comme Luthias a un bon contact avec les autres, j’aimerais qu’il soit le président du club d’équitation (j’ai vu qu’il n’existait pas encore), je ferais mes preuves si nécessaires. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Johann Von Einzbern
**********************
**********************
avatar

Nombre de messages : 307
Age du personnage : 26 ans
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Re: Luthias MacOidhche   Ven 3 Aoû 2007 - 1:04

Soit le bienvenu!

Tout comme ta soeur tu es validé

Ta fiche est tout aussi bonne,

C'est une bonne idée que d'avoir fait une partie de l'histoire commune, puis deux optiques de votre histoire! On a l'impression de lire un livre au début.^^

Je ne vois pas d'inconvénients pour ta demande, si tu écris aussi correctement que dans ta fiche il n'y a pas de soucis, donc tu n'as plus qu'à t'appliquer Wink



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Luthias MacOidhche   Ven 3 Aoû 2007 - 1:11

Merci!!!

Je ferais de mon mieux! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Luthias MacOidhche   

Revenir en haut Aller en bas
 
Luthias MacOidhche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Von Einzbern :: Fiches abandonnées-
Sauter vers: